Où sont les adultes autistes ?

Déjà quelques articles de journaux annoncent la sortie de mon film , je les remercie infiniment car ces articles sont précieux pour ouvrir le débat sur le sujet de la vaccination.

Je voudrais revenir sur un argument soulevé par l’Institut National de Santé Publique du Québec ( réf: La Presse, page 3  du cahier Santé, 25 janvier 2009 (1) ) et  qui est aussi largement utilisé dans le milieu  des Agences de santé gouvernementales et qui est« Si on trouve plus de cas d’autisme aujourd’hui, c’est parce qu’ils sont mieux diagnostiqués. »

On utilise cet argument pour expliquer l’augmentation impressionnante du nombre de cas-  soit 1 sur 150 -d’enfants souffrant d’autisme aujourd’hui, comparativement à un sur quelques milliers il y a 30 ans.

Hum !?  D’accord, alors où sont-ils ces enfants qui auraient été mal diagnostiqués ?  L’autisme n’est pas une maladie qui disparait avec le temps. Si je comprends bien ces enfants non diagnostiqués devraient avoir 30, 40 ou 50 ans aujourd’hui.  S’ils ne sont pas décédés, on devrait bien voir un adulte autiste sur 150!  Cherchez les bien car ils sont nulle part, ils n’existent tout simplement pas. Cet argument est ridicule et ne vise une fois de plus qu’à nous tromper. J’insiste sur ce point car je tiens à démontrer qu’il y a de la mauvaise foi au sein des agences de santé qui nous gouvernent.  Comment peut-on croire en leur argumentation quand, pour pour défendre leur point de vue et mettre un terme à toute discussion, ils sont prêts à dire n’importe quoi et avancer des faits qui n’ont aucun fondement!  Si nous avions eu autant d’enfants autistes dans les années précédentes, je crois, tel que le dit le Dr Julie Buckley au sein de mon film, que nous les aurions remarqués et ils auraient été diagnostiqués par leurs médecins et même par leurs professeurs du primaire qui leurs ont enseignés. 

 "L’épidémie" d’enfant autistes que nous connaissons aujourd’hui n’a rien à voir avec ce qui existait autrefois, quelqu’en soit la cause.

.1  La Presse : Doit-on craindre les vaccins ?  25 janvier 2009


About these ads

6 réponses à Où sont les adultes autistes ?

  1. Amatchi dit :

    Comme beaucoup d’arguments totalement illogiques répétés et re-répétés par les partisans des vaccins – qu’ils soient représentants des laboratoires ou des pouvoirs publics, membres du corps médical, journalistes, ou simplement parents effrayés par le spectre de la maladie – l’argument « Si on trouve plus de cas d’autisme aujourd’hui, c’est parce qu’ils sont mieux diagnostiqués » est sans cesse repris, et l’on pourra toujours le démonter, comme vous le faites si bien, dans un an, dans dix ans, il sera toujours utilisé !

    Ainsi en fut-il pendant des décennies – et même encore – de l’efficacité du BCG (pourtant mise à mal par de nombreuses études et statistiques), de la disparition de telle ou telle maladie grâce au vaccin correspondant (alors que les pays où ce vaccin ne fut pas employé ont vu également disparaître la maladie en fait grâce aux mesures d’hygiène, d’isolement des malades, de l’amélioration des conditions de vie…), etc.

    Répéter, comme une formule magique, tel ou tel argument relève plus d’un comportement religieux que d’une attitude scientifique. Mais on se rassure comme on peut lorsque l’on est conditionné dans la peur.

  2. Jacques Jobin dit :

    Je suis tombé sur un article très intéressant sur le sujet sur huffington post à cette adresse
    http://www.huffingtonpost.com/robert-f-kennedy-jr-and-david-kirby/autism-vaccines-and-the-c_b_161395.html

  3. Merci de tirer la sonnette d’alarme à propos des liens entre les vaccins et l’autisme.

    Je compatis totalement avec les parents d’enfants devenus autistiques à la suite de l’administration de vaccins ou, devrait-on désormais dire, de "cocktails" de vaccins.

    Le duopole médico-pharmaceutique n’arrive plus à cacher la nature incestueuse des leurs relations d’affaires.

    L’administration de vaccins plutôt que le recours à des solutions plus efficaces et durables, notamment…

    – l’hygiène
    – de la personne
    – du milieu
    – l’alimentation (bio, autant que possible)
    – l’élimination de "contaminants" environnementaux
    – l’apport adéquat en vitamines, minéraux et oligoéléments

    …et j’en passe.

    Un personne en santé ne tombe JAMAIS malade.

    Assurez-vous de prendre des vitamines A, B, C, D et E, combiné à l’argent colloïdal et ionique.

    Oxygénez-vous aussi souvent que possible (sans contaminants, idéalement) et faites de l’activité physique (aussi simple soit-elle).

    En demeurant en santé, les pathogènes ne seront pas capables de renverser votre système immunitaire.

    Qui plus est, prenez soin de votre sang et de votre cœur: http://blogue.imtl.com/2009/01/un-battement-de-coeur-a-la-fois/

    Merci aussi à Jacques Jobin pour sa suggestion de lecture au Huffington Post, un média alternatif d’envergure qui vaut le détour.

  4. J’ai adoré ce film. Il était tant que quelqu’un ait le courage de dénoncer publiquement ces choses. Effectivement, où sont les adultes autistes qu’on a mal diagnostiqué? Ça fait des années que le corps médical nous chante la même chanson: "Ce n’est qu’une coïncidence". Ah bon! Ce n’est qu’une coïncidence si depuis l’augmentation des doses vaccinales, il y a eu en même temps une augmentation de l’autisme, des otites, du diabète, du cancer, des difficultés d’apprentissage, des troubles de comportement, des déficit d’attention, des retards du langage et des dépressions. Tout ça ce n’est qu’une coïncidence? C’est tout ce qu’ils peuvent nous donner comme explications. Franchement, il est grand temps qu’ils changent la cassette de bord. Ou bien, qu’ils inventent un vaccin contre le syndrome de l’autruche, et qu’ils se l’injectent.

  5. Groisillier Martine dit :

    Il est vrai que l’hygiène de vie compte c’est pourquoi je me pose des questions intensémment sur le moment où tout a dérapé.. Nous vivions à la campagne dans un tout petit village, avions une nourriture saine, une vie tout à fait normale, calme sans être triste.. Sereine.. Tout allait bien, notre enfant était éveillé, s’exprimait, riait, bougeait, évoluait jusqu’à l’age de 20 mois et à Pâques 1984 tout a basculé vers le néant.. J’ai rencontré un autre enfant, perdu, égaré et refusant absolument qu’on l’accompagne.. Il n’était plus là !

  6. Rouspette dit :

    Voilà un des nombreux sujets qui remuent les émotions et les réflexions. Penchons nous avec circonspections sur les causes à effets. Il est bien difficile de dire avec justesse comment certaines pathologies s’installent. Les parents d’enfants autistes ont fait beaucoup pour l’avancement de la science. Les médecins leurs disaient ïl n’y a rien à faire¨ Mais les parents acharnés n’ont pas accepté de baisser les bras. Ils voyaient autre chose dans cet enfant là. Ils voyaient plus qu’un autiste, ils voyaient leur enfant. Cet individu différent, particulier avec ses forces et ses faiblesses. J’ai beaucoup d’admiration pour les parents d’enfants autistes et d’enfants handicapés en général. Ce sont eux, les parents, qui font avancer les choses.
    Bon courage à tous, je vous lis avec intérêt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: