Lettre d’une infirmière – le 6 février 2009.

Cette fois-ci, au lieu de vous écrire, je préfère publier la lettre qu’une infirmière m’a fait parvenir et avec qui j’ai discuté avant de publier sa lettre.  

Reçu le 6 février 2009.

Je suis infirmière et on nous a transféré la semaine dernière, à l’hôpital où je travaille, un enfant de cinq mois pour une investigation physiologique/neurologique car l’enfant présente des épisodes d’absenses. Dans les notes de transfert, on mentionne que deux jours après la vaccination de quatre mois, l’enfant a présenté de 12 à 15 épisodes d’absence en deux jours, où les yeux deviennent absents et la durée varie entre 10 secondes à une minute. Je les ai observées également avec parfois quelques contractions des membres inférieurs, puis l’enfant revient à la normal. Jusqu’à ce jour l’enfant se développe normalement, est allaité normalement et ne présente aucun antécédent qui le prédispose à ce changement.

Un beau bébé en santé, en pleine force de croissance.

En parlant avec le neuroloque de cette note de transfert, il me dit: ‘Non, non il n’y a pas de lien, c’est prouvé’. L’affaire est réglé. Il est médicamenté depuis et on augmente les doses pour éliminer les symptômes. 
Combien d’enfants se retrouvent dans cette situation et les parents dévastés par ce changement si soudain? 
Quand je questionne les parents, ils ont tout de suite fait ce lien plausible. Je leur ai recommendé de voir ce présent film de Lina et référer au bloque pour leur permettre d’échanger et de prendre une décision éclairée en plus des nombreux livres sur le sujet à Biosfaire par exemble et des naturopathes pour les soins à l’enfant.

Je crois fermement qu’il est grand temps de créer des cliniques de médecines alternatives/complémentaires en collaboration avec des médecins qui ont une vision élargie de la médecine ou plutôt de la nature humaine et qui ne demandent qu’à travailler à ciel ouvert avec d’autres professionnels de la santé afin de desservir une population de plus en plus handicapée sur le plan du savoir soigner. Avouons que le Québec ( le corps médical) est très en retard sur cette approche en soins naturels. Ce que la population demande ce n’est pas de nier la médecine actuelle, elle est très importante mais d’ouvrir les portes à d’autres possibilités et d’y travailler en complémentarité.


Je remercie Lina et ses collaborateurs et tous les autres qui oeuvrent à démystifier la santé d’aujourd’hui!

 

Céline, Infirmière, Québec

Publicités

One Response to Lettre d’une infirmière – le 6 février 2009.

  1. Marie-José Mauriange dit :

    Se pourrait-il que les séquelles d’une vaccination aient des effets 40 ans après ?
    Ma fille avait quelques mois lors d’une vaccination et je l’ai retrouvé dans son lit, évanouie, sans réaction, absente.Je l’ai secoué et je hurlais. Le medecin a nié la relation avec l’administration du vaccin. Il y aussi eu un médicament contre le rhume en même temps qui était contre indiqué avec cette vaccination (dont je ne sais plus le nom, il y a 42 ans)
    Ma fille a toujours conservé un système nerveux hyper sensible et émotif qui la met dans des états maladifs de non maitrise de soi, peur, perte de poids, tremblements, diahrées, depression, etc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :