L’autisme se guérit.

avril 11, 2009

Que ce soit en France, aux États-Unis ou ici au Canada, de plus en plus de parents arrachent leurs enfants des griffes de l’autisme. 

Voici un résumé de la situation vécue par la majorité des parents : Le développement de leur enfant était normal pendant la première année ou les deux premières années de sa vie, et soudainement,  du jour au lendemain,  l’enfant a perdu ses facultés de  langage, de jeux et de communication.  Il ne fait plus rien par lui même et ne reconnaît plus ses parents.

Malgré un diagnostic écrasant d’autisme , annoncé par les experts de cette maladie, les parents ont refusé de croire.  Ils ont vu leur enfant bien portant, ils ne pouvaient admettre que celui-ci était perdu pour la vie.

Ils ont cherché à comprendre et ont cherché des solutions seuls, en dehors d’un milieu médical qui leur répétait sans cesse, qu’il n’y avait rien à faire.

Comme l’écrit si bien l’auteure Évelyne Claessens dans son récent livre, L’autisme n’est pas irréversible,  «  Abasourdie, je me suis d’abord documenté, j’ai questionné des spécialistes et je me suis rapidement rendue compte que les parents d’enfants autistes étaient laissés à eux-mêmes dans leur quête de guérison. » Les parents doivent avancer contre vents et marées pour aider leur enfant.

Ceci est aussi vécu par Marie-Christine Dépreaux auteure du livre Autisme, une fatalité Génétique ?, Monique Morin, auteure du livre Vaccin, docteur maman en a assez et aussi Jenny McCarthy auteure des livres : Louder than words, et  Mother Warriors: A Nation of Parents Healing Autism Against All Odds et aussi Healing and Preventing Autism, qu’elle a écrit en collaboration avec le Dr Jerry Kartzinel et publié en avril 2009.

C’est en l’honneur de ces parents que j’ai écrit cette lettre.

Tous ces livres sont les témoignages émouvants de parents qui  ont refusé d’abandonner leurs enfants à une maladie produite par une  intoxication du corps causé par l’environnement ou la vaccination. 

Ils sont tous des parents qui n’ont pas cru aux  avertissements répétés du corps médical, : -de ne rien espérer,  -de ne rien entreprendre qui ne soit fait sans la surveillance d’un médecin, -de ne pas croire les lectures qu’ils feront sur internet au sujet de la guérison de l’autisme ,  -de vivre le deuil de leur enfant sain.

Je suis allée dans des congrès Américain et Canadien sur l’autisme voir  la section Congrès de mon blogue ( colonne de droite),  des lieux où des experts de tous les pays,  à contre courant de la médecine subventionnée par l’industrie pharmaceutique, aident les enfants à émerger de l’autisme. Des associations ce sont créées pour parler de cette approche biomédicale, le  Generation Rescue, le Fil D’ariane, et le Defeat austism now, pour nommer les plus importantes.

Vous pouvez aussi écouter la conférence ( en anglais seulement)  de la  docteur Wendy Edwards, de la fondation AUTISM Canada qui à aider son enfant à émerger de l’autisme.

Pourtant, malgré des succès de plus en plus impressionnants, des guérisons à répétition, les grands experts de l’autisme  refusent toujours de croire.  Ils refusent de collaborer avec les parents, ils refusent d’aider les enfants et de les guérir. Ils n’assistent pas au Congrès américain et encore pire, lorsqu’un parent se présente dans leur cabinet avec un enfant qui a guérit de l’autisme, ils jettent le parent à la porte. « Débrouillez-vous tout seul  disent-ils avec mépris ».

Ces experts de l’autisme ont  beaucoup trop à perdre :

-A) Leur réputation.  Ils sont des experts et ils n’ont pas découvert cette avenue de guérison.  Ils ont fermés les yeux sur les découvertes des dix dernières années.  

-B) Les subventions.   Ils ont reçu depuis des années des montants considérables sous forme de fonds de recherche.  Comment justifier ces montants sans avoir trouvé ce que les parents ont trouvé  par eux-mêmes?

-C) Des revenus de l’industrie pharmaceutique.  Ils seraient dans l’obligation de s’ouvrir à soigner autrement, sans médicament, sans intervention médicale  invasive, ce qui signifie une perte de revenus.

Je vous encourage à découvrir les livres dont je vous ai parlé dans cette lettre.   Ils sont le début d’un changement incontournable dans notre approche de la santé, dans notre capacité à se soigner autrement.

Si l’autisme se guérit, alors nous pouvons croire que plusieurs autres maladies neuro-immunitaires se guérissent aussi. 

Lina B Moreco

Publicités