Le Lancet et le Dr. Wakefield

février 4, 2010

Nous sommes au début du mois de février 2010 et le Lancet annonce qu’il  n’endosse plus l’article du Dr Wakefield réalisé en 1998 concernant le lien entre l’autisme et vaccination.  Du coup plusieurs vieux écrit sur son sujet sorte des tablettes pour nous raconter encore une fois à quel point ce médecin est malhonnête. Voir Article du Daily mail et un autre point de vue, plus critique du site Age of Autism.

Mon point de vue :

Au cours de la réalisation du film « Silence on vaccine », j’ai eu le plaisir de rencontrer le docteur Wakefield au Texas ainsi que  beaucoup de parents dont les enfants  Autistes, ont été soigné au sein de sa clinique.   Ses découvertes et ses recherches sont aujourd’hui fondamentales voire incontournables pour améliorer les conditions de vie  des enfants atteint d’autisme.  Je parle ici du lien entre :  Intestin – intoxication  ( vaccinale ou environnementale) et autisme.

Ce qui est dommage avec la rétractation du Lancet c’est que les médias ne posent pas de questions sur les motivations du Lancet.  Qui a pris cette décision ? Dans quel but ? Pourquoi en ce moment après 12 ans ? Qui sont les nouveaux joueurs au Lancet ? Ce serait bien d’avoir un regard critique sur cet autre côté de la nouvelle. De regarder à l’arrière de l’image projetée, cette sorte d’inquisition de la vérité.

Mais pour en revenir avec le docteur Wakefield,  il serait intéressant de savoir ce qui motive autant cette médiatisation démesurée .

À mon avis deux choses dérangent : 

-D’abord il questionne l’efficacité des vaccins – 1er tabou. 

-Ensuite ll effectue des recherches sur les causes  de l’autisme et s’intéresse aux protocoles de soins et de guérison-  2e tabou.

Il  touche à deux sujets extrêmement délicats.  Le lien entre l’intestin, l’intoxication (vaccin et environnement)  et l’autisme ou trouble envahissant du développement.

Il  bouscule tout un establishment de chercheurs qui grassement subventionnés, n’ont pas encore trouvé des solutions médicales à l’autisme et nient tout lien de causalité autre que génétique, alors qu’aujourd’hui nous faisons face à une épidémie d’enfant autiste.  Un enfant sur Cent est atteint au Canada, en France, aux États-Unis, en Angleterre pour en nommer que quelques-uns.  Ce n’est plus une question de génétique seule. 

Alors le docteur Wakefield dérange.

On écrit qu’il est coupable de ne pas avoir respecté certains protocoles de recherches.  Qu’il a été subventionné par des intérêts…   Hum..  Est-ce un motif raisonnable ? Il y a tant de recherches scientifiques de par le monde, qui sont majoritairement financées par l’industrie pharmaceutique et qui sont publiées avec  conflits d’intérêts  annoncés –  croyez vous qu’elles sont toutes respectueuses  des protocoles ?  Non.  Ils trichent aussi et très souvent.  Le pire, leur recherche sont acceptées les yeux fermées par nos organismes de surveillance de santé.  On a qu’à lire un article de Marcia Angell du New England Journal of Medicine  –   Insustry-sponsored clinical research, A broken system, – ou son livre : La vérité sur les compagnies pharmaceutiques –  pour comprendre l’étendue du contrôle qu’elle exerce sur les recherches, et sur ce qui doit être publiée ou non.

L’industrie est extrêmement compétitive surtout lorsqu’elle est entrain de dépenser des sommes d’argent considérables sur des recherches concernant le génome de l’autisme. Elle ne peut pas laisser se développer un concept ou une thérapie alternative qui puisse aider de manière significative les enfants autistes et parfois les guérir. Il lui faut mettre un frein. 

Le plus drôle, c’est qu’on criera au miracle lors de la sortie d’un médicament contre l’autisme.  On ne posera pas de question.  Socialement tout le monde acceptera du jour au lendemain que l’autisme puisse se guérir.  L’industrie l’aura dit, alors ce sera vrai.

Entre-temps, en  niant l’innovation qui n’est pas issue de l’industrie pharmaceutique, en méprisant les efforts des parents et des chercheurs qui tentent d’aider les enfants autistes  autrement que par les médicaments, et qui réussissent  à le faire à l’abris des regards, c’est à nous que nous nuisons.  Nous jouons le jeux de l’industrie.  Nous lui laissons droit de regard sur tout ce qui concerne notre santé.

Dans le film SILENCE, ON VACCINE, la majorité des enfants qui avaient reçu un diagnostique d’autisme vont aujourd’hui à l’école.  Ils ce sont considérablement améliorés.  Certains des médecins qui les avaient diagnostiqué ont refusé de savoir ce que les parents avaient fait pour aider leur enfant.  Même chose au Québec.  Les parents m’ont témoigné de leur stupéfaction face aux médecins qui , découvrant la nette amélioration de santé  de l’enfant, leur ont signifié  qu’ils ne désiraient plus les voir au lieu de s’intéresser au protocole de soins qui avaient produit de tels résultats.  Pas étonnant que le sujet de la disparition des symptômes de l’autisme chez un enfant,  reste Tabou.

Je tiens à préciser que selon les rencontres que j’ai eu avec les parents d’enfants autistes,  on peut convenir qu’un enfant atteint d’autisme peut à des degré différents, selon l’âge, la gravité de l’atteinte, le protocole de soins, améliorer sa condition de santé.

Voici une lettre envoyé par un parent. Elle est sur mon site . Cette lettre reflète dans son ensemble ce que tous les parents d’enfants autrefois autistes  m’ont raconté.

Je suis la mère d’un enfant qui fut victime de vaccins, plus précisément le RRO de 12 mois.  Suite à cela, notre vie a basculée et a pris un tournant que l’on aurait jamais imaginé.  Notre cher enfant qui était joyeux et agréable, fut transformé en enfant hyperactif, agressif avec des sauts d’humeurs.  De plus, il développa des difficultés avec son langage réceptif et expressif.  Il était défensif au niveau sensoriel et il avait souvent des maux de ventre et de la diarhée.  Les médecins et professionels nous on dit qu’il avait aucun lien entre ses nouveaux comportements et sa réaction face au vaccin.  Nous avons essayés plusieurs formes de thérapies, tel que ABA, ergothérapie, orthophonie, thérapie d’intégration auditif, etc.  Nous avons remarqué quelques améliorations qui semblaient limitées et qui nécessitaient quand même une accompagnatrice à la garderie et l’école.

J’ai commencé à voir des liens entre les aliments que mangeait notre fils et son comportement.  J’ai trouvé celà intéressant, car j’étais diéticienne. Mais mon entrainement professionel à McGill, m’a pas sensibilisé au fait que la nutrition puisse  jouer un rôle important dans le comportement, dévelopement du language ou l’apprentissage d’un enfant. Au début de 2006, j’ai participé à une conférence et formation professionelle de DAN! (Defeat Autism Now!).  A ce moment là, j’ai découvert les recherches qui établissaient le lien probable entre la vaccination et les difficultés qu’éprouvait notre fils.  Heureusement, je trouvais espoir dans une approche integré qui visait l’enfant sur un plan individuel.  Avec des changements alimentaires, des suppléments pour améliorer sa biochimie et un désintoxification de métaux lourds, notre fils est presque rétabli!  Il est heureux, plus sociable, a des amis et va à une école conventionnelle sans support!

AUTRES RÉFÉRENCE REÇU du VRAN : Vaccine Risk Awareness Network

Dr. Andrew Wakefield commentary: The Devil’s in the Detail:  http://www.rescuepost.com/files/autism-file-usa34-wakefield-2.pdf

Safe Minds stands behind Dr. Wakefield: http://www.ageofautism.com/2010/01/safeminds-supports-dr-andrew-wakefield.html#more

In the Lancet paper Wakefield et al reported a novel inflammatory bowel disease in 12 children with developmental regression (autism) and expressly stated that “We did not prove an association between measles mumps and rubella vaccine and the syndrome described.” The conclusion drawn by the case series was that, “Further investigations are needed to examine this syndrome and its possible relation to the vaccine.”  The study’s conclusion and call for additional research is often incorrectly misinterpreted as a call to discontinue immunization against measles, mumps and rubella. 

Generation Rescue Supports Dr. Wakefield: http://www.ageofautism.com/2010/01/generation-rescue-supports-dr-andrew-wakefield.html#more :

http://www.generationrescue.org/wakefield_statement2.html

The recent decision by the General Medical Council of the United Kingdom against Andy Wakefield shouldn’t surprise anyone who understands the stakes, profits, and reputations at risk in the debate over vaccines and autism.

The sole purpose of the GMC’s ruling this week is to try and quell the growing concern of parents that the expanding vaccine schedule and the remarkable rise in autism are correlated. The GMC will no doubt be helped by a press that barely understands the debate and has never read any of the dozens of studies published by Dr. Wakefield in many different respected medical journals.

Pledge of Support from the Autism Collaboration:

“Today’s verdict by the General Medical Council epitomized their negligence in respecting all of the sound scientific studies worldwide replicating the findings of Dr. Andrew Wakefield.  In the United States we will continue to fund studies replicating Wakefield’s work. We will focus more heavily on helping to educate the British public about the dangers of the MMR. We will look with renewed vigor into possible misconduct by the GMC. And, most importantly, we will continue to recover children from autism thanks, in large measure, to Dr. Wakefield’s pioneering work.  We have witnessed and applaud the sustained courage and dignity of Dr. Andrew Wakefield.  He has stood by the children, and we will stand by him.

Groups Comprising the Autism Collaboration:

Autism One  –  Autism Research Institute  –  Generation Rescue  –  National Autism Association  –  SafeMinds  –  Schafer Autism Report  –  Talk About Curing Autism  –  Unlocking Autism

This article discusses the First Amendment complaint by US & British vaccine & autism safety advocacy groups looks very interesting:  http://www.ageofautism.com/2010/01/-false-testimony-denies-lancet-doctors-a-fair-hearing.html#more

Réaction de Jenny Mac Carthy and Jim Carrey. http://www.naturalnews.com/028109_Andrew_Wakefield_Jenny_McCarthy.html

Envoyé par Lina B. Moreco  http://linabmoreco.worpress.com/soins/

Réalisatrice : Silence on vaccine  www.onf.ca/silenceonvaccine

Publicités

Regroupement de citoyens pour une réflexion sur la vaccination de masse.

janvier 1, 2010

IMPORTANT :  LE SITE OFFICIEL DU REGROUPEMENT EST PRÉSENTEMENT EN CONSTRUCTION.

ADRESSE : http://leregroupement.wordpress.com

Suite à  la campagne de vaccination contre la grippe  A/H1N1 , plusieurs citoyens, citoyennes ont manifesté leur désaccord sur les moyens utilisés par notre gouvernement pour nous inciter à nous faire vacciner .

Plusieurs centaines de personnes ont  déjà signé une pétition qui contenait les phrases suivantes :

————————————————————————————————–

PÉTITION CITOYENNE POUR UNE RÉFLEXION SUR LA VACCINATION DE MASSE

Compte-tenu du fait que la grippe H1N1 est une maladie bénigne.

Compte-tenu du fait qu’il y a des moyens simples de prévenir la maladie.

Compte-tenu du fait qu’il y a des enjeux de santé collectifs beaucoup plus importants au niveau national et international.

Nous soussignés citoyens et citoyennes ne sommes pas d’accord que notre gouvernement utilise des fonds publics pour payer cette campagne de vaccination de masse.

—————————————————————————————————

Si vous  êtes d’accord avec ce qui est écrit et désirez être inscrit(e)  au regroupement citoyens, svp écrivez moi  et demandez d’être inscrit dans le groupe. 

Nous devons comprendre que notre santé est une affaire de choix personnel, et que nos impôts doivent d’abord et avant tout servir nos intérêts et non pas ceux des compagnies qui vendent et fabriquent les produits pharmaceutiques. 

Lina B. Moreco  vaccinedoc@hotmail.com


H1N1, son origine ?

décembre 27, 2009

Bonjour, avec mon film SILENCE  ON VACCINE, il me fut absolument impossible de ne pas m’intéresser à ce qui se passe avec la grippe H1N1.  

Le site francophone le plus documenté sur le sujet est :  Unis face au vaccin  qui vient tout juste de mettre en ligne  un reportage exceptionnel sur Les origines mexicaines du virus H1N1   .  Le virus est-il issus  : des usines de porcs ? des laboratoires  ? ou bien des deux ? C’est un film à voir et à faire voir.

 

Voici les détails affichés sur leur site : 

Un documentaire remarquable, exceptionnel, produit en décembre 2009, par la Télévision Suisse Romande, remonte aux origines de la grippe porcine.

Le journaliste Ventura Samara a mené une enquête sur le village mexicain de La Gloria d’où serait partie la pseudo-pandémie de grippe A/H1N1.

Aux abords de La Gloria se trouve une immense porcherie industrielle, Granjas Carroll, filiale du géant américain Smithfield Foods, le plus gros producteur mondial de porcs, et propriétaire en France des marques Justin Bridou et Cochonou.

Ce documentaire fait le point sur les conditions sanitaires de ces élevages concentrationnaires de bétail nourrit d’OGM et piqué a coup d’hormones et d’antibiotiques. De graves manques aux règles d’hygiène sont mis en évidence dans cet élevage de 100 000 porcs, géré par une poignée d’ouvriers. Ces industries qui détruisent et polluent l’environnement, contaminent les nappes phréatiques dont dépendent les communautés locales, se sont implantées suite aux accords de libres échanges nord-américains (ALENA) et ont le soutien indéfectible des autorités.

On y apprend que des prélèvements ont été effectués sur toute la population de La Gloria, et que la nouvelle souche A/H1N1 n’a étonnamment été détectée que dans un seul cas ; à se demander s’il s’agit bien du lieu de départ de l’épidémie. C’est pourtant sur ce village que les projecteurs se sont tournés, suite à l’alerte lancée par l’OMS. C’est là l’origine de la psychose qui a justifié les plans antipandémiques démesurés que nous connaissons et la production dans l’urgence de vaccins, bousculant les règles admises de pharmacologie sur les contraintes et les contrôles cliniques qui président en principe au développement de tout nouveau médicament avant sa mise sur le marché.


H1N1, se protéger autrement

octobre 23, 2009

Modifié le 26 novembre 2009.

AVANT PROPOS : Étant donné le déroulement politique et social entourant la vaccination contre la grippe A/H1N1, voici quelques références intéressantes avant mon texte.

-Excellent site WEB :Unis face au vaccin 

Reportage sur les Conflits d’intérêts entourant le  H1N1 –  Un virus qui fait débat 

 -Ampleur du silence et de  la désinformation sur la pandémie  de la grippe A/H1N1  Sharyl Attkisson CBS news – 2 vidéo

-Lettre pour l’école de votre enfant si vous ne désirez pas qu’il soit vacciné : Publié sur scribd   Original publié sur www.naturalnews.com

PÉTITION : Regroupement citoyen pour une réflexion sur la vaccination de masse : Consultez http://www.biosfaire.com/

-Questions et réponses d’une Naturopathe sur la grippe A/H1N1   http://www.scribd.com/doc/22982270/Vaccination-H1N1-Questions-et-Reponses


MON TEXTE : 

En cette période critique ou plusieurs se posent des questions sur les effets secondaires de la vaccination,  voici des gestes simples qui peuvent nous aider à  nous prévenir de la grippe ou à diminuer toute prolifération du virus en cas d’infection. In this critical period with the flu,  some ask questions on the side effects of  vaccination, here is some simple steps,  which can help us to face the flu in order to prevent proliferation or aggravation of symptoms.

-Il faut savoir que l’Hôpital Ste-Justine de Montréal a émis un communiqué de presse le jeudi 29 octobre 2009 pour annoncer à la population que la grippe H1N1 était Bénigne. http://www.scribd.com/doc/22348515

Le virus H1N1 est avec nous depuis AVRIL 2009 et rien de dramatique ne s’est produit.  En hiver, notre carence en vitamine C et D nous empêche de bien résister au virus.   H1N1 is with us since April 2009.  Than what change in winter time is the fact  that we have less Vitamine C and Vitamine D to fight adequatly against the virus. 

Pour résumé, le H1N1 tout comme les autres types de grippes, infectent les conduits respiratoires et que les seuls portails d’entrée sont les narines et la bouche/gorge.  Like other Influenza  viruses, H1N1 only infects the upper respiratory tract and proliferates (only) there. The only portals of entry are the nostrils and mouth/ throat. 

Pour se prévenir  –  To prevent : 

1. Se laver les mains fréquemment.   Frequent hand-washing (well highlighted in all official communications). 

2. Éviter de se mettre les mains dans la figure inutilement.  « Hands-off-the-face » approach. Resist all temptations to touch any part of face. 

3. Manger des aliments et boire des jus riches en Vitamine C   –  On peut aussi prendre des capsules de vitamines C enrichi au Zinc. Boost your natural immunity with foods that are rich in Vitamin C (Amla and other citrus fruits). If you have to supplement with Vitamin C tablets, make sure that it also has Zinc to boost absorption.

4. La vitamine D3 est aussi l’un des  suppléments les plus efficaces pour traverser la période hivernale et pour notre santé en générale.  Vitamine D3 is one of the most usefull nutritional tools we have at our disposal for improving overall health. 

Si vous avez des symptômes  –  If you have symptoms :

1. Se gargariser la bouche, deux fois par jour avec de l’eau salée, ou bien du Listerine si vous ne faites pas confiance à l’eau salée.   Gargariser prévient la prolifération du virus.  Gargle twice a day with warm salt water (use Listerine if you don’t trust salt). H1N1 takes 2-3 days after initial infection in the throat/ nasal cavity to proliferate and show characteristic symptoms. Simple gargling prevents proliferation. In a way, gargling with salt water has the same effect on a healthy individual that Tamiflu has on an infected one. Don’t underestimate this simple, inexpensive and powerful preventative method. 

2. Se nettoyer les narines avec de l’eau tiède, salée, soit avec des tiges de coton trempée dans l’eau salée ou à l’aide d’un Rhino Horn ( c’est un outil très efficace qui peut aussi réduire  les symptômes  dû aux  allergies, à l’asthme et à la sinusite ). Clean your nostrils at least once every day with warm salt water. Use Cu-tip or Rhino Horn –  It’s very effective in bringing down viral population. 

3. Boire des liquides chauds, thé, tisane, etc.  Cela a le même effet que de se gargariser, mais en plus, cela pousse les virus vers l’estomac, là où ils ne peuvent pas survivre.  Drink as much of warm liquids as you can. Drinking warm liquids has the same effect as gargling, but in the reverse direction. They wash off proliferating viruses from the throat into the stomach where they cannot survive, proliferate or do any harm. 

Tous ces moyens sont à notre portée et peuvent nous éviter de nous rendre à l’hôpital inutilement.  All these are simple ways to prevent, within means of most households, and certainly much less painful than to wait in long queues outside public hospitals.

SITE de Références :

IDEOZ:http://voyages.ideoz.fr/soigner-la-grippe-h1n1-avec-la-medecine-verte/
BIEN et BIOhttp://www.bien-et-bio.info/purificateur-air-virus-grippe/
HOME FIRST : http://homefirst.com/

 MONOGRAPHIE DES VACCINS H1N1 : 

NOVARTIS http://www.scribd.com/doc/22090954/Novartis-monographie-H1N1-Product-information

GLAXOSMITHKLIN http://www.scribd.com/doc/22091026/Glaxo-SmithKlin-Monographie-H1N1-Product-information

SANTÉ-CANADA :http://www.scribd.com/doc/22091049/Sante-Canada-Vaccin-H1N1-Health-Canada-H1N1-vaccine

Écrit par : Lina B. Moreco  vaccinedoc@hotmail.com



Le A/H1N1, la pointe de l’iceberg

mai 5, 2009

Sommes-nous entrain de laisser  une industrie prendre possession de notre santé via les  vaccins ? –Article corrigé le 17 septembre 2009.

Il y a quelques mois, la grippe pandémique H1N1 nous était annoncée comme dévastatrice.  La mort nous attendait tous et chacun. D’abord il y a eu vent de panique télévisuelle et médicale, mais comme rien ne se produisait, il y a eu questionnement et réflexion sur cette grippe et sur le vaccin qui en découlerait.

C’est Marc Gentilini, ancien directeur de la Croix rouge, qui a le mieux  défini cette pandémie annoncée : C’est une pandémie de l’indécense  a t-il dit lors d’une entrevue récente.   Effectivement,  il a raison.  Nous sommes devenus les pantins d’une désinformation et d’un manque total de rigueur  de la part d’une industrie et des gouvernements qui s’éloignent totalement des vrais priorités de santé de part le monde.

Plusieurs journalistes pensent comme lui et des articles émergent partout dans le monde, jusque dans les revues et les journaux les plus prestigieux ou les plus sérieux.  Le débat est maintenant ouvert.  Du presque jamais vu. Comme société nous en bénéficions déjà ; le concept de Vaccin-Dieu, sorte de  foi aveugle qui méprise ceux et celles qui n’ont pas la foi  vaccinale, s’effrite un peu  plus à tous les jours.  Nous voyons l’industrie et les profits qui se cachent dans  le vaccin.   C’est extrêmement important, car  de l’année 2004 à 2007 , pendant que j’effectuais ma recherche pour  mon documentaire SILENCE, ON VACCINE  , trois (3)  vaccins ont été ajouté au calendrier des enfants et  un (1 ) vaccin au calendrier des adolescentes.  Aucun  débat social d’envergure n’a vu le jour.   Dans une certaine forme de  silence, on a dit oui aux vaccins suivants : 

ROTAVIRUS /Contre la diarhrée. Donné aux enfants. Maladie bénigne. –VARILIX /Contre la varicelle. Donné aux enfants. Maladie bénigne.   –GARDASIL/Cancer du col de l’utérus : Donné aux jeunes filles.  FLURIVIN /Contre la grippe, Donné aux enfants afin de protéger les adultes.

L’HÉPATITE B – AUX NOURISSONS (en étude) / Maladie qui se transmet sexuellement.

Alors, quand le milieu de la santé a découvert l’existence de mon documentaire,  il y a eu empressement pour dire haut et fort, que celui-ci était un tissus de mensonges et qu’il n’y avait pas d’effets secondaires à la vaccination.  Il ne fallait surtout pas nuire à l’effort vaccinal déployé par les agences de santé qui approuvent un nouveau vaccin à chaque année.  Pour ces gens, les vaccins ne contiennent pas de  produits toxiques en quantité assez suffisante pouvant nuire à notre santé. Par le fait même on nous dit que le  vaccin contre le  A/H1n1, qui contient du mercure et autres produits toxiques , sera bon pour nous.  

Heureusement, tout le monde n’y croit plus. 

Avec la grippe  A/H1N1, le débat arrive enfin.  Nous développerons,  je le souhaite,   un regard plus critique, un éveil obligé, et regarderons d’un peu plus près ce qui se cache sous la pointe de l’iceberg .  

À lire sur le sujet :

H1N1 : http://liberte-therapeutique-caplc.com/grippe-porcine-vaccins-ce-quil-faut-savoir-pour-ne-pas-tomber-dans-le-delire-mediatique/

Mondialisation : http://mondialisation.ca/index.php?context=newsHighlights&newsId=46


———————————————————————————————-

Le H1N1 annoncé /  Article du mois de juillet 2009.

D’abord nous devons nous demander à qui ça sert exactement  de nous faire peur.  Pendant longtemps les urgences des hôpitaux étaient bloquées parce qu’on a dit aux gens qu’ils allaient mourir.   Alors pour désengorger les urgences  il a bien fallu dire la vérité  : que la grippe n’était pas si grave que cela.   Pourquoi ce mensonge alors ? À qui cela sert-il ?…  À la population ou à ceux qui ont tout intérêt à créer un vent de panique ?  Comment saurons-nous à l’avenir séparer le vrai du faux – ce qui est dangereux de ce qui est bénin. Comment saurons-nous faire face  à la demande  ou des exigences de vaccinations généralisés des populations, avec des vaccins produits à la dernière minute, peut-être  dangereux pour notre santé  –  comme cela l’a déjà été en  1976  –  voir aussi l’émission 60 minutes de 1976 –     et la réelle nécessité d’être vacciné  lors de l’arrivée d’une maladie contagieuses et dévastatrices .  ( J’aimerais faire remarquer ici, que ce genre de pandémie annoncée,  ne s’est pas produite depuis 1918.  Il faut aussi se rappeler que c’était à la fin de la 1ère guerre mondiale, à un moment de l’histoire ou bien des gens vivaient dans la pauvreté, dans des conditions insalubres et ne mangeaient pas à leur faim.  Des conditions favorables aux pandémies ).

Je pose ces questions  parce que : A) La grippe n’est pas dangereuse pour l’être humain.    B)  Le vaccin est expérimental.  C) Les vaccins de la grippe se donnent annuellement , alors qu’autrefois les vaccins c’étaient une fois rarement avec une efficacité à long terme.  On avait pas besoin de se faire injecter des produits dans le corps à tout âge de la vie  et tout le temps. D) Il y a des médecins et des épidémiologistes reconnus, tel que le dr Tom jefferson, qui sonnent l’alarme concernant  les failles entourant, le développement des vaccins de la grippe et la grippe elle-même. 

Alors comme citoyenne  je crains   le caché,  l’arrière scène, le non-dit, de par nos gouvernements – beaucoup plus que la venue d’une grippe pandémique. 

Et puis, d’autres questions, d’un autre ordre, sont aussi sans réponses. Elles concernent les investissements, les profits, les nouvelles usines de fabrications de vaccins dans les pays en voie de développement.  Les voici :  

1.Est-ce que l’entente de construction d’une usine  de fabrication de vaccin avec SANOFI au Mexique le 9 mars 2009,  ( soit un mois avant que ne soit déclaré la pandémie de grippe porcine au Mexique) , a quelque chose à voir avec la nécessité de créer un marché de consommation pour les vaccins produits au Mexique ?

2.Est-ce que le fait que  l’OMS ait donné des millions de dollars,  en avril 2007    à l’Inde, au Brésil, à l’Indonésie, au Mexique et au Vietnam, pour produire des vaccins contre la grippe vient aussi jouer un rôle dans cette mise en marché post-daté du vaccin ?

3.Qu’elle est la  relation entre le fait que la compagnie Baxter ait livré en février 2009 des vaccins de la grippe contaminés  dans plusieurs régions du monde et le  fait qu’elle travaille depuis le 23 juillet 2007 sur le virus H1N1  avec  le mandat de développer le vaccin attendu à l’automne contre le H1N1. ( Lors d’une expérimentation sur des vaccins, le virus de la grippe H3N2 a été contaminé par le virus H5N1 de la grippe aviaire, entraînant le risque de produire un virus hybride qui pourrait se transmettre à l’homme. Cette manipulation avait été faite dans les laboratoires Baxter en Autriche. Ce produit contaminé a ensuite été envoyé à des sous-traitants en Slovénie, en Allemagne et en République Tchèque, qui ont découvert l’anomalie après avoir fait une injection sur des furets, qui en seraient morts. La compagnie Baxter avait ensuite confirmé que son vaccin expérimental avait été accidentellement contaminé par le virus H5N1 de la grippe.) 

4.Est ce qu’il y a une relation entre la monté en flèche de la valeur boursière des vaccins, les profits que cela engendre actuellement ( qui s’ajoute aux milliards qu’elles faisaient déjà), à la médiatisation d’une éventuelle pandémie ?

Et puis finalement, pour faire suite  à mes interrogations, je me suis demandée pourquoi l’éventualité d’une pandémie de la grippe porcine à incité la direction de l’hôpital Ste-Justine à organiser une très grosse mise en scène : soit d’engager des hommes de statures extrêmement impressionnantes ( vêtus de blanc, cravate noire, masqués), limitant le passage à toutes les personnes entrantes, les obligeant à se laver les mains et à répondre à des questions,  telles des images de séries américaines à la « 24H Chrono » –  et qu’en même temps, le même hôpital, au sein du Pavillon Marie-Enfant, situé dans l’est de la ville, n’a placé qu’une petite pancarte à l’entrée ?  En quoi la pandémie attendue,  était-elle plus dangereuse dans le pavillon principal situé dans l’ouest de Montréal et visité par les médias , que celui situé dans l’est de l’île de Montréal ?

Ce Goliath pharmaceutique semble s’amuser avec nous comme des pantins usés et fatigués, mais en même temps, bien malheureusement, le milieu médical sous les recommandations de l’OMS entre dans la danse avec lui.  

Alors, ma dernière question est : Comment faire pour développer une vigilance sociale qui soit  indépendante de l’information qui nous est communiqué via le téléviseur  ?

Je viens de recevoir un article, aujourd’hui le 17 septembre 2009, qui pose les mêmes questions et qui tente d’y répondre.  Vous pouvez le lire sur le site de  PHARMACRITIQUE.

AUTRES RÉFÉRENCES  : 

Référence du docteur Marc Girard, ( spécialiste en pharmaco-épidémiologie et expert européen.):

http://www.rolandsimion.org/spip.php?article31

Entrevue avec Maître Jean Dury, Montréal, Qc. Canada:

http://www.youtube.com/watch?v=EeRsmAq7IoM&feature=response_watch

Articles du Centre de recherche sur la mondialisation  :

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13417

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13503

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13584

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13456

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13468

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13608

http://blogue.imtl.com/2009/09/sortie-du-dvd-silence-on-vaccine-de-lina-b-moreco/

Article du Gardian : Swine flu? A panic stoked in order to posture and spend

Article du Independant : Deborah Orr: We need to be inoculated against outbreaks of panic

Témoignage Congressman Ron Paul http://www.youtube.com/watch?v=TB5-Y08qbjo

OMS et son plan de réponse au pandémie de la grippe. http://www.who.int/vaccines-documents/DocsPDF06/863.pdf

Tableau démontrant que l’arrivée des vaccins dans l’histoire,  s’est souvent réalisée dans la période décroissante des maladies.  http://www.scribd.com/doc/20442015/Vaccine-Evolution-Graphics-The-truth-about-diseases-disparition

 

Lina B. Moreco  : vaccinedoc@hotmail.com


L’autisme se guérit.

avril 11, 2009

Que ce soit en France, aux États-Unis ou ici au Canada, de plus en plus de parents arrachent leurs enfants des griffes de l’autisme. 

Voici un résumé de la situation vécue par la majorité des parents : Le développement de leur enfant était normal pendant la première année ou les deux premières années de sa vie, et soudainement,  du jour au lendemain,  l’enfant a perdu ses facultés de  langage, de jeux et de communication.  Il ne fait plus rien par lui même et ne reconnaît plus ses parents.

Malgré un diagnostic écrasant d’autisme , annoncé par les experts de cette maladie, les parents ont refusé de croire.  Ils ont vu leur enfant bien portant, ils ne pouvaient admettre que celui-ci était perdu pour la vie.

Ils ont cherché à comprendre et ont cherché des solutions seuls, en dehors d’un milieu médical qui leur répétait sans cesse, qu’il n’y avait rien à faire.

Comme l’écrit si bien l’auteure Évelyne Claessens dans son récent livre, L’autisme n’est pas irréversible,  «  Abasourdie, je me suis d’abord documenté, j’ai questionné des spécialistes et je me suis rapidement rendue compte que les parents d’enfants autistes étaient laissés à eux-mêmes dans leur quête de guérison. » Les parents doivent avancer contre vents et marées pour aider leur enfant.

Ceci est aussi vécu par Marie-Christine Dépreaux auteure du livre Autisme, une fatalité Génétique ?, Monique Morin, auteure du livre Vaccin, docteur maman en a assez et aussi Jenny McCarthy auteure des livres : Louder than words, et  Mother Warriors: A Nation of Parents Healing Autism Against All Odds et aussi Healing and Preventing Autism, qu’elle a écrit en collaboration avec le Dr Jerry Kartzinel et publié en avril 2009.

C’est en l’honneur de ces parents que j’ai écrit cette lettre.

Tous ces livres sont les témoignages émouvants de parents qui  ont refusé d’abandonner leurs enfants à une maladie produite par une  intoxication du corps causé par l’environnement ou la vaccination. 

Ils sont tous des parents qui n’ont pas cru aux  avertissements répétés du corps médical, : -de ne rien espérer,  -de ne rien entreprendre qui ne soit fait sans la surveillance d’un médecin, -de ne pas croire les lectures qu’ils feront sur internet au sujet de la guérison de l’autisme ,  -de vivre le deuil de leur enfant sain.

Je suis allée dans des congrès Américain et Canadien sur l’autisme voir  la section Congrès de mon blogue ( colonne de droite),  des lieux où des experts de tous les pays,  à contre courant de la médecine subventionnée par l’industrie pharmaceutique, aident les enfants à émerger de l’autisme. Des associations ce sont créées pour parler de cette approche biomédicale, le  Generation Rescue, le Fil D’ariane, et le Defeat austism now, pour nommer les plus importantes.

Vous pouvez aussi écouter la conférence ( en anglais seulement)  de la  docteur Wendy Edwards, de la fondation AUTISM Canada qui à aider son enfant à émerger de l’autisme.

Pourtant, malgré des succès de plus en plus impressionnants, des guérisons à répétition, les grands experts de l’autisme  refusent toujours de croire.  Ils refusent de collaborer avec les parents, ils refusent d’aider les enfants et de les guérir. Ils n’assistent pas au Congrès américain et encore pire, lorsqu’un parent se présente dans leur cabinet avec un enfant qui a guérit de l’autisme, ils jettent le parent à la porte. « Débrouillez-vous tout seul  disent-ils avec mépris ».

Ces experts de l’autisme ont  beaucoup trop à perdre :

-A) Leur réputation.  Ils sont des experts et ils n’ont pas découvert cette avenue de guérison.  Ils ont fermés les yeux sur les découvertes des dix dernières années.  

-B) Les subventions.   Ils ont reçu depuis des années des montants considérables sous forme de fonds de recherche.  Comment justifier ces montants sans avoir trouvé ce que les parents ont trouvé  par eux-mêmes?

-C) Des revenus de l’industrie pharmaceutique.  Ils seraient dans l’obligation de s’ouvrir à soigner autrement, sans médicament, sans intervention médicale  invasive, ce qui signifie une perte de revenus.

Je vous encourage à découvrir les livres dont je vous ai parlé dans cette lettre.   Ils sont le début d’un changement incontournable dans notre approche de la santé, dans notre capacité à se soigner autrement.

Si l’autisme se guérit, alors nous pouvons croire que plusieurs autres maladies neuro-immunitaires se guérissent aussi. 

Lina B Moreco


Une petite rougeole avec ça ?!

mars 12, 2009

Date:  Jeudi le 12 mars, 2009.

On sent une montée de panique au Québec depuis quelques semaines… C’est que la rougeole est parmi nous.  Il y aurait six (6) cas dans tout le  Québec, soit 6  personnes sur 7,700,000 millions, ce qui veut dire :  0,00007% de la population.

Voilà le moment idéal pour placer le message : les enfants souffrant de la rougeole n’étaient pas vaccinés,  alors que la vaccination est recommandée  pour tous les enfants.

Donc, hier sur les ondes de Radio-Canada, lorsque  Madame Anne-Marie Dussault  en citant mon documentaire, posa la question sur les effets secondaires de la vaccination, à  Monsieur Philippe De Wals, il a répondu en disant que les cas de séquelles post-vaccinales étaient souvent des coïncidences.  Une rhétorique hautement utilisée par les organismes de surveillance de la Santé publique pour nier le lien de causalité entre la vaccination et les effets secondaires. – Je me demande pourquoi on a pas invité des parents dont les enfants ont développé des effets secondaires graves, suite à la vaccination, pour répondre à ça ? 

VOICI SUR QUOI SE BASE CETTE NON RECONNAISSANCE DU LIEN CAUSAL. COMMUNÉMENT APPELÉ :  ** COÏNCIDENCE  **

Dans l’évolution normale des enfants,  il est connu du milieu médical, que certaines maladies graves telle que l’autisme , apparaissent entre l’âge d’un (1) an à deux (2) ans, aproximativement. C’est aussi  un âge où ils reçoivent plusieurs vaccins.  Il serait donc difficile pour quiconque d’inculper la vaccination, car selon la santé publique,  il est probable que l’enfant malade aurait développé la maladie dont il souffre qu’il soit vacciné ou non.

MES QUESTIONS :

-Alors pourquoi continuer à vacciner les enfants durant la période délicate, sensible voire vulnérable de leur développement. Si tel est le cas, si une majorité d’enfants développent des maladies graves entre un an et deux ans, pourquoi vacciner par dessus ça ? 

-Pourquoi  continuer comme des robots à suivre un calendrier vaccinal qui n’est peut-être pas structuré en fonction  des besoins et du développement naturel des enfants ?

-En quoi, un vaccin donné un peu plus tard dans la vie d’un enfant,  serait-il problématique pour sa santé ? 

——————————————————————————————————

Pour découvrir plus amples information sur le sujet, consultez mon blogue dans la section  : Lien causal / science  , voir  la colonne de droite de ma page d’accueil  – ainsi que les références scientifiques , les vidéos et les livres, que vous retrouverez dans la section xREF en haut de ma page d’accueil.  

————————————————————————————————————

Alors, qu’est ce que la rougeole. (Voir références en bas de pages).

Apparemment la rougeole serait dangereuse.  C’est pour cette raison qu’on dénonce actuellement son éclosion avec autant de vocabulaire digne de la situation  soit –  Alerte à la rougeole –  Maladie pouvant entraîner la mort –  Surveillance active de la  propagation – etc.

Mais dans les faits, qu’est ce que la rougeole  ?  

D’abord la rougeole est provoquée par un type de virus appelé paramyxovirus. Un virus transmis par de minuscules gouttelettes produites par la personne infectée lorsqu’elle tousse, respire ou éternue. Contrairement au virus de la grippe, le virus de la rougeole ne peut pas survivre longtemps sur des objets tels que les poignées de portes et les appareils téléphoniques. Néanmoins, il est virulent et se  transmet facilement d’une personne à une autre.

Les symptômes sont : la toux, la fièvre, l’écoulement nasal et les yeux rouges et puis l’apparition d’éruptions, ( sortes de taches rouges) – Une éruption qui devrait commencer à s’estomper en moins de cinq jours.  L’éruption n’est pas douloureuse bien qu’elle puisse causer de légères démangeaisons.

L’évolution de la rougeole est simple avec peu de complications. Mais dans de rare cas, en pays développé, elle peut provoquer des problèmes sérieux, qui ne sont pas nécessairement mortel mais au contraire dont la personne peut guérir spontanément – telle une encéphalite.

Les complications sévères se retrouvent surtout chez les enfants fragiles, immunodéprimés ou dénutris ; ainsi s’explique la sévérité de l’infection dans les pays en voie de développement.

Traiter la rougeole : Il n’y a pas de médicament spécifique.

Comme le rhume, la rougeole est une maladie que l’organisme va combattre et elle guérira avec le temps , environ une semaine et demi. Comme il n’existe pas de médicaments qui puissent combattre le virus, les seuls traitements utiles sont ceux qui aident à soulager les symptômes. Par exemple, les médicaments pour faire baisser la fièvre  – les médicaments contre la toux et l’angine peuvent aussi aider.  Boire de l’eau, se reposer dans une pièce tamisée.  On peut aussi donner de la vitamine A.

La vaccination :  Les organismes de santé publique recommandent de vacciner les enfants.   Alors je réponds, qu’il faut faire une surveillance active des effets secondaires de la vaccination.  Le vaccin peut aussi déclencher des encéphalites tout aussi graves que celles qui pourraient être vécues avec la maladie.   Dans la monographie du vaccin RRO ou MMR, on parle de ces effets secondaires dont l’encéphalite.

Alors si  on recommande que des populations entières doivent pouvoir profiter des bénéfices de la vaccination, n’est-il pas essentiel que la société protège et porte secours à ces victimes qui incarnent l’inévitable pourcentage de risque en principe assumé? Est-il acceptable de continuer à les abandonner sans recherche adéquate, sans recours médical et sans soutien social?  Est-il normal que le principe de responsabilité disparaisse quand vient le temps de reconnaître qu’une pratique médicale blesse au lieu de protéger?

Ci-après une liste de site internet – ils sont divers point de vues sur la rougeole. 

http://www.merckfrosst.ca/assets/fr/pdf/products/ci/MMR_0807-a_120969-CI-F.pdf

http://www.drdesforges.com/smartsection+item.itemid+11.htm

http://www.msf.ch/index.php?id=530

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/02/09/faut-il-craindre-la-rougeole.html

http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/enfant/la-rougeole

http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa_1271_rougeole.htm