Praticien

Cette section est réservée à des témoignages de praticiens et praticiennes du  milieu médical / toutes approches médicales traditionnelles et complémentaires.   Ces personnes m’ont écrit via ce « blogue » ou via mon adresse email : vaccinedoc@hotmail.com  Ou bien j’ai receuilli leurs propos sur les sites ou l’on parlait de mon film.

——————————————————————————————————————–

 Reçu le 8 décembre 2009.  Grippe A/H1N1

 

Bonjour,

La surinformation actuelle sur la grippe A H1N1 a en elle même quelque chose de suspect sans vouloir tomber dans le travers du complot permanent on peut se poser des questions sur le catastrophisme d’Etat manifesté depuis le début de cette épidémie.

Cette grippe apparemment plus contagieuses que les précédentes est rarement grave
. La vaccination si elle est efficace chez le sujets au système immunitaire intact ne rendra pas immunocompétents ceux qui ne le sont pas en temps ordinaire ou qui accidentellement ne le sont plus. 
C’est essentiellement dans ces population qu’il y aura le plus de victimes

On ne peut pas croire à l’apparition aléatoire des formes graves y compris chez le enfants et les jeunes
. Les motifs d’apparition des formes graves existent même si ils sont complexes intriquées et même si on refuse de les rechercher…rôles de la pollution des traitement intensifs et inappropriés des jeunes enfants par rapports aux générations précédentes… rôle des slogans débiles du genre” les antibiotiques c’est pas systématique” ce qui et vrai à condition de ne pas rater le moment où ils faut en utiliser.

On constate une augmentation des hospitalisations pour pneumopathie graves et dyspnéisantes chez le jeune enfant même en dehors des périodes de grippe . Certains enfants sont traitées plusieurs fois par an à la moindre infection ORL ou pulmonaire par des corticoides et des bétamimétiques.. A votre avis que donne une atteinte virale chez un jeune patient dont le système immunitaire est “farci” de corticoides et les poumons “farcis de bétamimétiques ?

Si on veut réellement (ce dont je doute) faire une revue “morbidité -mortalité” nationale des cas mortels de grippe a H1N1 il faudra bien répondre le plus précisément possible aux questions suivantes
 :

1° Quels antécédent récents avaient ces patients
 ?

2° Quels étaient leurs facteurs de risques constants ou ponctuels
 ?

3° Combien de décès par surinfections bactériennes communautaires ou nosocomiales ?


4° Combien de surinfection bactérienne ont-elles été diagnostiquées à temps ?


5° Combien de complications bactériennes ont elles été traitées par les bons antibiotique à partir de quel moment de l’évolution de la maladie et pendant combien de temps ?


6° Combien de patients ont été laissés avec des anti-inflammatoires , ou des corticoides seuls et ou avec des bétamimétiques, alors qu’une surinfection était déjà présente inconnue ou non maîtrisée
 ?

7° Combien de syndrômes grippaux ont été admis dans les services de réanimations alors qu’ils n’avaient rien à y faire, et ont été de ce fait exposés inutilement aux pathologies iatrogènes et nosocomiales hospitalières
(liste non exhaustive) ?

 

Quand on aura fait cette revue morbidité /mortalité de façon sérieuse (ce dont je doute) et qu’on aura défini le mieux possible et au cas par cas les circonstances et les raisons des décès des patients incontestablement atteints par le virus H1N1( ce dont je doute encore plus), il faudra pratiquer l’audit sincère de la vaccination frénétique que cette épidémie a entraînée ( ce doute totalement ) .

Cette grippe devrait finir comme les autres et s’atténuer au fur et à mesure que le virus croisera plus d’individus vaccinés et non vaccinés (rassurez-vous on pourra toujours dire que c’est grâce à la vaccination). En attendant on peut toujours essayer de “vendre” les doses inutiles…

Enfin jusqu’à plus ample information les autres germes pathogènes ne se sont pas retirés de la compétition avec le virus A H1N1  d’où une 8è question qui est celle ci
 8°Combien de victimes “estampîllées” de la grippe a H1N1 ont elles été attribuées à tort à ce virus ?

(liste de questions toujours non exhaustives si vous en avez d’autres ne vous gênez pas….)

En résumé pas de polémiques stériles, pas de manipulation politique pas de catastrophisme inutile et stérile. 
Une recherche sérieuse et des faits sont nécessaires pour essayer de comprendre réellement ce qui se passe. 
Qui est demandeur de cette objectivité? Les laboratoires fabriquant le vaccin? Le ministre qui a acheté 94millions de doses de vaccins dont la plupart seront inutiles? Les “penseurs” de l’OMS qui se sont visiblement fourvoyés?
 QUI?

Cordialement à tous

Dr J-F HUET
Anesthésiste -Réanimateur

…………………………………………………………………………………………………………….

Leçon de »Silence on vaccine »

On a passé sous silence le message essentiel que les professionnels de la santé doivent prendre de ce film : écouter les parents, sans les mépriser, sans cette attitude fausse de « cause toujours mon lapin » et accueillir leur hypothèse que la réaction de cris, pleurs et cassure de conscience d’un enfant, 45 minutes après l’injection de plusieurs vaccins le même jour, peut générer des doutes de lien chez CET ENFANT et que les parents sont justifiés de se poser la question. C’est de notre devoir strict de rapporter les effets secondaires et leur ampleur. Nous devons continuer de vacciner, mais pouvons-nous diminuer encore plus les effets secondaires? Si l’enfant est sous antibiotique ou était fébrile hier pour une infection virale, et que nous ne sommes pas en épidémie, quel problème avons-nous, si le parent le demande, de différer la vaccination?

Allez, un petit effort, rapportons sans juger et on fera des liens ou non, plus tard, pas à l’entrée des informations… Restons de vrais scientifiques, cumulons les données, optimisons les effets primaires, mais avec de vraies visées de santé publique. Prenons, par exemple, le vaccin Gardasil. Que ferons-nous des Pap tests? Qui les fera? À quel intervalle? Que ferons-nous avec les infections transmises sexuellement en augmentation faramineuse depuis que nous avons décidé de l’attribution de 50 millions annuellement pour le vaccin, mais comme ce n’est pas la « même enveloppe », de couper l’éducation sexuelle à l’école? On nous répond comme si le toit coulait et qu’on avait de l’argent que pour refaire le plancher… Ridicule comme réponse. Harmonisons les actions de la main gauche et de la droite pour une fois! Éducation et santé ne peuvent être séparées, elles doivent avoir une visée commune et vite!

Christiane Laberge md,

Propos recuillis sur le site de Passeportsanté.net  – On y parle du film SILENCE, ON VACCINE et du débat autour de la vaccination.

__________________________________________________________________
Envoyé le 12/02/2009 

Ce sujet est tellement intéressant… Je vous félicite Lina.
Je travail como homéopathe à Montréal. On pourrait utiliser des préparations homéopathique pour vacciner les enfants. En Colombie de dilutions homéopathiques des virus ou bacteries sont maintenant utilisés comme vaccines. En fait je vous invite à voir cette link:
http://homeopathyresource.wordpress.com/2009/01/01/successful-use-of-homeopathy-in-over-5-million-people-reported-from-cuba/

C’est la première fois qu’une grand population (2.500.000) à été vacciné avec une préparation homéopatique, sans acun effet indésirable et avec tant de succèss. Une épidémie de Leptospirosis à été évité l’année passé. (Institut Carlos J. Finlay, Cuba)

Juan Luis Palacio, Montréal, Québec

 

——————————————————————————————————————–
Envoyé le 25/01/2009

dr Didier TARTE
didier.tarte@voila.fr
90.22.189.232
Envoyé le 14/01/2009 à 21 h 42 mi
bonsoir j’ai eu la chance de visionner ce film Silence on vaccine. Je vous félicite pour ce travail d’information exemplaire sur un sujet si difficile et délicat.

Surtout Tabou du fait de la pression des labos et du monde médical qui refuse avec acharnement de regarder cette réalité en face.
La multiplication des vaccins représente un grande menace pour la santé des humains.

Bravo sur la manière dont votre film aborde ce sujet.
j’ai vacciné et j’ai cru l’enseignement que j’ai reçu comme médecin. Mais progressivement la vie m’a ouvert les yeux et j’ai du par rigueur scientifique et éthique remettre en cause ces croyances scientifiques. Votre film montre ce que le milieu de la santé refuse de regarder et de reconnaitre.

Merci pour ce travail d’information et pour tous les efforts pour réaliser et arriver à la diffusion de ce film.
Cordialement didier Tarte

———————————————————————————————————————–

Envoyé le 25/01/2009 

Denyse Dufresne
denysedufresne@hotmail.fr
24.200.107.46
Envoyé le 20/01/2009 à 13 h 50 mi
En tant qu’ostéopathe depuis plus de vingt ans, j’ai été témoin des séquelles de vaccins chez les bébés et les enfants, mes patients: quelques-uns ont été atteints au niveau neurologique même en sont morts, après des fois sept ans de souffrance(rigidité, épilepsie, dégénérescence musculaire,etc….); d’autres ont des problèmes moins dramatiques mais qui empoisonnent leur vie de tous les jours tels que asthme,otites récurrentes… apparaissant trois semaines à un mois après l’administration du vaccin.
Un projet pilote en ostéopathie a été mené sur une trentaine de bébés évalués avant et après les premiers vaccins et est très concluant: comme j’avais remarqué dans ma pratique, les bébés vaccinés ont des ralentissements ou même malfonctionnement d’organes faisant partie intégrante du système immunitaire tels le foie,le thymus, le(s) poumon(s), la rate et les bébés ont des tensions importantes au niveau méningé, surtout dans l’hémisphère gauche.
C’est à se demander si l’affluence de problèmes d’apprentissage et de concentration dénotée de nos jours ne serait pas en partie dû à cet impact sur le cerveau des enfants vaccinés?
Je suis heureuse que Mme Moreco ait le courage de soulever la question publiquement; d’autres ont tenté de le faire auparavant mais la puissante suprématie de la pharmaceutique a eu gain de cause! Espérons que Mme Moreco saura éveiller les consciences et que le gouvernement pourra permettre une étude sérieuse et sans équivoque possible sur les effets des vaccins chez nos tout-petits, comment éviter les désastres chez ceux qui ne sont pas aptes à les recevoir, étudier la quantité à administrer selon le poids,la condition physique de l’enfant, le degré de protection déjà acquis par la transmission parentale, etc. et surtout respecter le libre choix le libre arbitre des parents suffisamment éclairés à savoir si ils veulent ou non faire vacciner leur enfants.

———————————————————————————————————————–

Envoyé le 05/02/2009 

Je suis naturopathe agréée et je me spécialise en périnatalité et enfance. J’ai remercié et je remercie encore Mme Moreco d’avoir produit ce film, parce qu’en tant que naturopathe, nous avons souvent l’odieux de montrer l’envers de la médaille de ce sujet tabou.
Je voulais personnellement témoigner d’une autre problématique que je vois régulièrement. Il s’agit de parents qui viennent me voir en me demandant si j’ai un pédiatre à leur référer. Et ce, pour la simple raison que leur pédiatre actuel (eh oui, ils en ont un!) refuse de suivre leur enfant TANT QUE CELUI-CI N’EST PAS VACCINÉ!
Aux dernières nouvelles, la vaccination n’était pas obligatoire au Québec. Nos médecins l’auraient-ils oublié? Ou bien est-ce l’industrie qui pèse si lourdement sur leurs épaules?
Les médecins n’ont pas le droit de refuser le suivi d’un jeune patient qu’il soit vacciné ou non. Mais les parents n’ont pas l’énergie pour se battre et font simplement appel à d’autres médecins ou professionnels de la santé plus respectueux de leurs désirs.
J’espère de tout cœur que ce film soit vu et entendu par les médecins du Québec.
Merci Mme Moreco de votre courage et de votre audace.

Marie-Hélène Lessard, ND.A.
Membre de l’Association des Naturopathes Agréés du Québec
(514) 432-0951
Courriel: vlmariehlessard@videotron.ca
———————————————————————————————————————–
Envoyé le 05/02/2009 

J’ai 60 ans et à 18 ans j’ai fait un stage dans une Unité sanitaire qui à tous les mardis administrait les vaccins à la population. Le mercredi, le téléphone ne dérougissait pas!!! Des parents apeurés et fatigués d’avoir passé la nuit au chevet de leurs bébés m’interrogeaient sur la fièvre élevée, la léthargie et le caractère exécrable. Questionnant autour de moi pour répondre adéquatement, j’entendis le médecin me crier de l’autre bout de la salle que c’était normal, « l’enfant faisant ses anticorps, les parents n’avaient qu’à donner du tempra ». C’était la consigne à donner pour rassurer une maman désolée ou terrifiée selon le cas.
Occuper par mon travail de chef d’unité pendant 13 ans, Soins Intensifs, Chirurgie majeure, Unité néonatale j’ai vu et participé…
À quarante ans j’ai accouché de mon premier enfant. Elle était gaie, joviale, en santé et déjà déterminée. Le 2ième mois arrive et je ne peux me résoudre à la faire vacciner. Elle se développe bien. À 6 mois elle se tourne facilement et même la parole commence.
C’est à 8 mois que je présente ma fille pour recevoir les premiers vaccins. Le jour dit, 14 heures… c’est fait. À 16 heures, elle devient maussade, refuse de manger, s’endort sur le sofa, son visage devient rouge, chaud, les yeux sont larmoyants, sa température monte et elle touche sa tête en disant « bobo ». Des réminiscences de mon passé montent en moi, les inquiétudes de ces mamans et voilà que c’est à mon tour d’y passer. Je rage, je suis en colère contre moi « comment ai-pu? » Durant les huit premiers mois de sa vie elle n’avait jamais fait de fièvre et voilà qu’après sa première visite dans ce système, sa température est à 40C.
Fini, bien fini. Depuis ce jour je me méfis de ce qui est gratuit. J’ai assisté à la présentation du film et comme toute personne n’ayant pas d’intérêt ni de redevances de ce système je ne peux que conclure que le violeur refuse toujours d’admettre le viol malgré toute la pertinence des preuves se sauvant ainsi des conséquences. En fin de compte ce n’est que cela : un combat entre Goliath pharmaco-médical et David enfant-malade-parents-épuisés.
Au fait en 1992-93 il y a eu une épidémie de méningite dans le Saguenay, onze enfants sont morts et tous avaient été vaccinés….

———————————————————————————————————————–

8 Responses to Praticien

  1. Nadeau Louise dit :

    en 2000 je revenais de st-jacques de compostelle et une compagnie de toronto m’a offert de créer une clinique médicale avec intégration de soins a domicile …j’ai du me faire vacciner ..fortement recommander si je partais pour le Koweit…
    10jours post vaccination (3vaccins)j’ai presque perdu la voix…quelques mois par la suite …toux particulièrement spéciale que je reconnais post vaccination chez les clients qui m’appellent a infosanté et qu’il n’y a aucun traitement efficace…pas de fièvre …
    douleur a une jambe pour plusieurs mois a avoir de la difficulté a me coucher sur le coté de la vaccination

    le pire symptôme …une grande fatigue et perte d,énergie pour plusieurs mois …et des plaques rougeatres avec un pattern assez particulier de la grosseur de la fesse drte avec alternance au bras drt et en haut des seins …dermatite inconnu(pas de l’ecxéma ou psoriasis )durée de ses plaques 3mois …cortisone inefficace ..j’ai du être envoyé en urgence chez un dermato…qui a refusé une biopsie et a trouvé ridicule quand je lui ai dit que je faisais cette réaction après avoir reçu 3vaccins

    10jours après la vaccination je suis retournée a la clinique du voyageur rue St-Denis et le méd. a carrément ignoré le lien et en riant elle me dit que je parlais trop…
    j’ai beaucoup lu depuis et je trouve que cette sur vaccination n’est que l’appat du gain et aucun respect pour la santé et ce qui me désole… la négation de mes consoeurs infirmières
    il y a un lavage de cerveau chez mes consoeurs qui me désolent
    mon travail a info santé m’obligeait a être honnête avec mes clients même si je n’avais pas le droit de verbaliser mes craintes ..je leur donnait la documentation (Dr Géorget sur les effets indésirables de la vacc. et le droit de choisir ..entre autres lectures ..) ou la librairie biospère pour documentation et en parler …
    je me questionne avec le glutamate monosodique dans les vaccins et les cas d’asthme et bronchiolyte

    merci pour le courage d’avoir enfin pris soins d’écouter les parents et de sortir ce film qui va certainement amené une sérieuse réflexion

  2. Catherine dit :

    Je suis mère de 2 filles en santé: âgée de 6 ans, et de 3 ans. A la naissance de mon ainee, nous habitions a Bruxelles, j’ai eu la chance de tomber sur une pediatre belge qui m’a donne de l’information sur les risques de la vaccination. Malgre cette sonnette d’alarme, je me sentais a priori une extreme pression sociale de vacciner. Mais je ne me suis pas sentie mieux apres avoir fait vacciner ma fille (1re dose du premier vaccin de la longue liste) parce que ca ne s’arretait pas la, il fallait continuer les rappels et puis passer aux autres vaccins… Mais je n’ai pas continue. La peur m’a progressivement quittee au fil de mes lectures et rencontres de meres aux prises avec des enfants endommages par les vaccins. La peur existe toujours un peu de quelque cote que l’on se trouve: pro-vaccination ou anti-vaccination. La peur de contracter une maladie pour laquelle un vaccin existe (d’ailleurs que l’on soit vaccine ou non), la peur d’etre endommage par un vaccin. C’est etrange que les gens qui sont pro-vaccination n’aient pas peur de subir des effets secondaires graves, c’est qu’ils ne sont pas au courant. « Silence » est le mot cle du titre du film. Les pediatres et autres medecins n’informent pas des reactions possibles de chaque vaccin aux parents: de la fievre jusqu’a la mort en passant par l’autisme et autres troubles neurologiques.

    Ma cadette n’a recu aucun vaccin. Comme elle est nee au New Jersey et que la vaccination est soi-disant obligatoire pour l’acces a l’ecole, j’ai du signer des demandes d’exemption religieuse! Autant leur pediatre aux USA que celui au Quebec maintenant sont tolerants de suivre mes filles qui ne se soumettent pas au calendrier vaccinal. Mais je ne cherche pas a discuter de ces questions avec eux (« silence » est le mot cle); je consulte rarement et c’est seulement pour avoir un diagnostic si mon enfant va mal.

    Je crois qu’il y a beaucoup de travail a faire pour informer la population des risques des vaccins. Le film de Lina Moreco est un pas important dans ce sens. Radio-Canada devrait le diffuser sans tarder. Chaque parent et chaque medecin devrait connaitre les effets du mercure et de l’aluminium sur le corps humain. Merci a la realisatrice ainsi qu’aux producteurs!

    Ile-des-Soeurs, QC

  3. Julie dit :

    Après avoir fait un stage dans un hopital africain et avoir vu TOUT LES JOURS des adultes et des enfants mourir de maladies pouvant être prévenu par la vaccination, je me trouve chanceuse d’être dans une province qui m’offre les avantages de la vaccination.
    Ces maladies infectieuses sont tellement morbides et mortelles, j’étais personnellement très sécurisée de me savoir protégée de leur méfaits. Merci à la vaccination!

    • Lina B. Moreco dit :

      J’ai réalisé ce film pour briser le silence.
      Si des populations entières doivent pouvoir profiter des bénéfices de la vaccination, n’est-il pas essentiel que la société protège et porte secours à ces victimes qui incarnent l’inévitable pourcentage de risque en principe assumé? Est-il acceptable de continuer à les abandonner sans recherche adéquate, sans recours médical et sans soutien social? Est-il normal que le principe de responsabilité disparaisse quand vient le temps de reconnaître qu’une pratique médicale blesse au lieu de protéger?
      Et puis il faut savoir que les conditions de santé ne sont pas les mêmes dans toute l’Afrique. Je crois qu’une bonne eau potable, des aliments sains et en quantité suffisantes, de bonnes conditions de travail et d’habitation – ainsi qu’un partage un peu plus égal de la qualité de vie, tout cela sauverait bien des vies.
      Lina B Moreco

      • Carolina dit :

        Je suis 100% d’accord avec vous Mme Moreco.

        J’ai lue que ce n’est pas la vaccination qui a éradiquée ces maladies en pays industrialisés, mais bien l’hygiène, une meilleure alimentation, des meilleures conditions de vie.

        Et même qu’il existe des preuves scientifiques, des études qui prouvent que certaines maladies n’existaient pas dans certains pays, pas avant qu’on y emmène la vaccination, qui par hasard, a fait monter en flèche les cas de décès d’une maladie qui était extrêmement râre pour ce pays (livre : la mafia médicale, du Dr. Guylaine Lanctôt.).

        De plus, par d’autres sources, je sais que plusieurs vaccins et médicaments sont testés sur ces gens du tiers-monde, qu’on leur fait croire que c’est pour leur apporter la santé, mais dans le fond, on test sur eux des médicaments, et vaccins, qui leur sont souvent fatal. (je ne me souviens plus des sources pour cette affirmation, malheureusement. Je crois que ça provenait de plusieurs sources différentes).

        Enfin, il y en aurait long à dire, mais je vais me limiter ici.

        Carolina

    • Susy dit :

      Vous qui semblez une personne dévouée aux autres et sensible à leur cause, peut-être seriez-vous intéressée à rencontrer des familles québécoises, comme la mienne, entièrement brisées et ravagées par les effets de la vaccination. Je crois que pour vraiment prendre toute la mesure de la reconnaissance qu’on peut vouer à la vaccination, il faut voir de nos yeux la misère qu’elle provoque. Mon conjoint est maintenant atteint d’une maladie neurologique grave qui l’empêche d’être celui qu’il était. Mes trois jeunes enfants et moi-même disons merci à la vaccination nous aussi Julie.

  4. Michèle Clément dit :

    Bonjour Madame Moreco,

    je veux tout simplement vous remercier produit le film, ce qui veut dire: d’avoir eu le courage ou l’audace de vous affirmer. Vous contribuez à ce que d’autres soient informés et puissent par la suite en informer d’autres.

    Il est heureux que les professionnels de la santé osent aussi s’affirmer. Je les remercie aussi de leur courage ou audace.

    Dans le passé, on m’a appris à faire confiance aux médecins, c’est eux qui savaient. Avec les années, j’ai réalisé qu’il fallait tout de même faire du discernement. Aujourd’hui, je constate qu’il y a deux clans de médecins: les suiveux (par obligation) et les courageux ou audacieux. Merci à ceux qui ont pris le temps de réfléchir, ici, à la vaccination et qui osent nous informer.

    Je souhaite que ces réflexions et commentaires nous rappellent que seuls les gestes donnent des résultats. Et dans ce contexte, c’est à chacun de s’informer, de reprendre son droit sur soi et ses enfants et de poser les gestes selon leur conscience.

    Merci.
    Michèle Clément

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :