CNN : Les vaccins causeraient l’Autisme. /Fraud at the CDC uncovered, 340% risk of autism hidden from public.

septembre 27, 2014

CNN révèle la fraude du CDC – L’autisme est bien causé par les vaccins. (ENGLISH BELOW)

http://freewiseman.wordpress.com/2014/09/20/cnn-revele-la-fraude-du-cdc-lautisme-est-bien-cause-par-les-vaccins/

Le lanceur d’alerte du CDC, le Dr William Thompson a publié une déclaration officielle confirmant que l’étude originale avait montré un lien entre le vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) et l’autisme, plus spécialement chez les enfants afro-américains, et que le CDC en avait caché les résultats.

Un éminent chercheur aux Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC), le Dr William Thompson admet qu’il a joué un rôle clé en aidant à faire apparaître au grand jour la manipulation des données par le CDC. Cette fraude a consisté à dissimuler une incidence plus élevée de l’autisme due au vaccin ROR chez les garçons afro-américains. Le lanceur d’alerte, le Dr William Thompson a avoué les faits après que le Dr Brian Hooker ait réclamé et obtenu, en vertu de la Loi sur la Liberté de l’Information (Freedom of Information Act ou FOIA), les données originales d’une étude portant sur l’autisme, avec l’aide du député américain Darrell Issa, président de la Chambre de surveillance et de la réforme du gouvernement. Les documents du CDC, ainsi que les discussions avec le lanceur d’alerte révèlent une manipulation généralisée des données scientifiques, ainsi qu’une pression (du haut vers le bas)  sur le scientifique du CDC pour supprimer tout lien de causalité entre le vaccin ROR et le diagnostic ultérieur d’autisme, en particulier dans un groupe d’hommes afro-américains qui avaient reçu leur vaccin « à temps » en conformité avec le calendrier recommandé par le CDC…………  Lire la suite http://freewiseman.wordpress.com/2014/09/20/cnn-revele-la-fraude-du-cdc-lautisme-est-bien-cause-par-les-vaccins/

MON DOCUMENTAIRE  :  « SILENCE ON VACCINE »  http://www.youtube.com/watch?v=Mt1WJO9JV-4

******************************************************************

ENGLISH :

Fraud at the CDC uncovered, 340% risk of autism hidden from public.    http://ireport.cnn.com/docs/DOC-1164794

UPDATE, September 6: It has been found that “Translational Neurodegeneration” broken their own rules when they pulled Dr. Hookers research paper. Read more about this story

8/27/2014 17:10 EST – CDC Whistleblower William Thomas has released a formal statement confirming the original study found a link between MMR and Autism, especially in African American and that the CDC hid the results.

A top researcher at the Centers for Disease Control and Prevention (CDC), Dr William Thompson, admits he played a key role in helping uncover data manipulation by the CDC. This fraud obscured a higher incidence of autism in African-American boys due to the MMR vaccine. The whistleblower, Dr. William Thompson, came forward after a Freedom of Information Act (FOIA) request for original data on an autism study was filed and these highly sensitive documents were received with the assistance of U.S. Representative Darrell Issa, Chairman of the House Oversight and Government Reform Committee. The CDC documents and discussions with the whistleblower reveal widespread manipulation of scientific data and top-down pressure on CDC scientists to suppress a causal link between the MMR vaccine and later autism diagnosis, particularly in a subset of African-American males who received their immunization “on-time” in accordance with the recommended CDC schedule……. more at :  http://ireport.cnn.com/docs/DOC-1164794

MY DOCUMENTARY : « SHOTS IN THE DARK »   http://topdocumentaryfilms.com/shots-in-the-dark/#disqus_thread

 

******************************************************************************************


Pourquoi ce « blog » ?

février 23, 2014

Bonjour,

Pour tous ceux et celles qui m’écrivent et me demande de l’information ou bien  mon avis sur le sujet de la vaccination :

SUR CE BLOG :

1- Je vous invite à lire les témoignages des INFIRMIERS, PARENTS, PRATICIENS, VICTIMES ( menu du haut de ce blog) .  Ils sont tous des témoignages percutant.   Tous victimes  de la vaccination  plusieurs partagent  leurs souffrances et plusieurs racontent les différents moyens qu’ils ont pris pour un retour vers la santé.

2- Je vous invite  à consulter les section SOINS et RÉFÉRENCES (menu du haut de ce blog) afin de découvrir  la multitude de lectures et de liens internet qui vous permettent de trouver un grand nombre d’information sur le sujet.

3- Je vous invite à consulter, dans la colonne de droite de ce site,  tous les liens avec les PROFESSIONNELS de la santé, les ASSOCIATIONS,  les CLINIQUES, les  ARTICLES SCIENTIFIQUES et les LIVRES : qui sont tous des outils incontournables pour comprendre le phénomène et maîtriser les effets secondaires de la vaccination.

4- Je vous invite à voir le film, il est accessible sur internet . En inscrivant le titre du film dans google vous le trouverez.

Tous ces liens,  ces ouvrages, ces vidéos devraient aider les personnes qui veulent en savoir davantage sur le sujet à trouver un grand bassin d’informations.

Merci à tous et toutes pour votre intérêt sur le sujet.

Lina B. Moreco


Vaccin 6 en 1 soulève des inquiétudes.

avril 30, 2013

 

Dans un communiqué de presse publié lundi 22 avril au matin, l’Union européenne a annoncé avoir autorisé la mise sur le marché d’un nouveau vaccin « 6-en-1 » pour les nourrissons. Ce vaccin, appelé Hexyon et produit par le laboratoire Sanofi, regroupe les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, la poliomyélite et contre certaines infections comme la méningite.

Cette nouvelle est annoncée par les médias comme « une vraie avancée en matière de vaccination, à l’heure où les autorités sanitaires tentent par différents moyens (…) de redonner confiance aux Français en cette méthode préventive » (lu sur le site Informations Hospitalières).

En ce qui me concerne, cette nouvelle ne fait au contraire qu’augmenter mon inquiétude concernant les vaccins. Le fait de mélanger ensemble un grand nombre de vaccins est une méthode connue des laboratoires pharmaceutiques pour compliquer la preuve d’effets indésirables. Car plus il y a de vaccins dans l’injection, plus il devient difficile de prouver qu’un effet indésirable précis est lié à un des vaccins. Il faut un nombre de cas déclarés d’effets secondaires négatifs beaucoup plus important pour obtenir un niveau de preuve statistiquement fiable.

Or, cette tactique se développe justement au moment où le grand public réalise que les effets indésirables des vaccins sont tout sauf négligeables.

Des effets secondaires inquiétants

Un nombre alarmant d’études scientifiques mettent actuellement en lumière les dangers des vaccins.

Il ne s’agit plus de mises en garde émanant de mouvements associatifs marginaux ou à tendances sectaires. Non, c’est maintenant la communauté médicale internationale elle-même qui exprime ses doutes, voire ses inquiétudes.

Le British Medical Journal, une revue mondialement connue et respectée pour sa rigueur scientifique, a publié le 30 janvier 2013 une étude démontrant que le vaccin contre la grippe H1N1 Pandermix avait causé des milliers de cas de narcolepsie chez les enfants, une maladie grave et incurable, sans que cette catastrophe ne soit compensée par des vies sauvées par ailleurs par ce vaccin. (1) Une association, quoique plus faible, a aussi été établie entre le vaccin contre la grippe et la maladie de Guillain-Barré (paralysie). (2)

Le Gardasil, vaccin contre papillomavirus et le cancer cervical, est aujourd’hui au centre d’un scandale qui n’en finit pas. Selon le décompte effectué par l’association Sanevax, ce vaccin est relié à 29 003 effets adverses graves et au moins à 130 décès. (3)

Le vaccin contre l’hépatite B, lui aussi, est fortement critiqué. Il est accusé de tuer les cellules du foie, alors qu’il est précisément supposé protéger contre une maladie du foie. (4) D’autre part, le 21 novembre 2012, le Conseil d’Etat français a reconnu que l’aluminium dans le vaccin hépatite B avait été la cause d’une terrible maladie invalidante, la myofasciite à macrophages,dont souffre depuis 1996 un employé de la ville de Paris, permettant à cette personne d’être indemnisée. (5) Des milliers de personnes, qui n’ont pas eu l’idée de porter plainte, pourraient être dans le même cas.

Les vaccins peuvent en effet contenir diverses substances notoirement toxiques même à faibles doses comme le formaldéhyde (cancérigène), le mercure (neurotoxique), l’aluminium (neurotoxique) ou le phénoxyéthanol. Les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables à ces substances, qui peuvent affecter de façon dramatique leurs fonctions nerveuses et immunitaires.

Ces molécules sont employées comme adjuvants pour renforcer l’efficacité des vaccins en stimulant la réponse immunitaire. Ainsi les personnes prédisposées génétiquement peuvent voir leur immunité s’emballer et déclencher alors une maladie auto-immune, comme la fameuse myofasciite à macrophages, le syndrome de Guillain-Barré ou le syndrome des antiphospholipides, des effets secondaires rares et graves mais parfaitement connus.

L’aluminium pourrait aussi être une cause majeure de maladie d’Al zheimer et de cancer du sein, ce qui expliquerait les proportions épidémiques que sont en train de prendre ces maladies dans les générations d’après-guerre.

Un rapport risque/avantage douteux

Ces effets indésirables sont toutefois présentés par les autorités médicales et la grande presse comme bénins par rapport aux « immenses avantages » qu’auraient des vaccins.

Pas de suivi des accidents liés aux vaccins

De même, personne ne se soucie actuellement des risques réels que vous faites courir à vos enfants en les vaccinant. Et s’ils tombent malades juste après la vaccination, vous pouvez être certain qu’on vous expliquera qu’il s’agit d’une pure coïncidence, y compris s’il y a décès.

Le cas arrive tous les ans à des milliers de parents. Leur enfant se fait vacciner et, dans les heures qui suivent, ils déclenchent de graves réactions pouvant aller des maux de tête aux vomissements, en passant par l’eczéma, l’hyperactivité, les perturbations du sommeil et un peu plus tard une maladie auto-immune incurable ou pire, la mort.

Dans la plupart des cas, les professionnels de santé, non seulement nient le lien avec le vaccin, mais ils ne déclarent même pas l’accident aux autorités de pharmacovigilance (agences responsables de surveiller les effets indésirables des médicaments) puisqu’ils considèrent qu’il n’y a pas de lien.

C’est ce qui est arrivé à la petite Christina Richelle, décédée suite au vaccin Gardasil contre le HPV (papillomavirus), et à tant d’autres personnes que l’on retrouve sur les innombrables sites d’information sur la vaccination. (8)

1. Risk of narcolpesy in children and young people receiving AS03 – BMJ 2013;346:f794

2. Guillain-Barré Syndrome After Influenza Vaccination in Adults, David N. Juurlink, Therese A. Stukel, Jeffrey Kwong, Alexander Kopp, Allison McGeer, Ross E. Upshur, Douglas G. Manuel, Rahim Moineddin, Kumanan Wilson, Arch Intern Med. 2006;166:2217-2221.

3. Décompte effectué par Sanevax : http://sanevax.org/breaking-news-gardasil-fingerprints-found-in-post-mortem-samples/

4. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22249285

5. http://www.quechoisir.org/sante-bien-etre/maladie-medecine/maladie/actualite-aluminium-dans-les-vaccins-lien-de-cause-a-effet-etabli

6. Rapport « Survey on Vaccinations in Europe », EFVV, téléchargeable gratuitement sur www.efvv.org

7. http://www.lemonde.fr/epidemie-grippe-a/article/2010/01/04/une-grippe-a-deux-milliards-d-euros_1287422_1225408.html

8. http://www.gardasilandunexplaineddeaths.com/

 

Sources : Rapport « Survey on Vaccinations in Europe », EFVV, téléchargeable gratuitement sur www.efvv.org


Vaccination la problématique continue.

avril 23, 2012

La réflexion devient de plus en plus vivante, palpable,  maintenant que le documentaire est découvert par un nombre de plus en plus important de personnes via internet. D’une part, le film et son BLOGUE  semble répondre à une demande de la population, soit un besoin d’informations différentes – et d’autre part, le milieu médical ferme la porte à tout questionnement et dit que mon film est un tissus de mensonges.

Combien de témoignages je reçois, jour après jour, de parents qui me racontent avoir subi du harcèlement, de la pression, voir aussi de l’agressivité, parce qu’ils ont posé des questions,  parce qu’ils désirent espacer les vaccinations de leur enfant ou les remettre à un peu plus tard, après l’âge de 2,3 ou  4 ans.

« Il est impossible de discuter avec le pédiatre de quoi que ce soit »  témoignent-ils.

Est-ce vraiment le rôle du  médecin d’agir de la sorte ?  Ne devrait-il pas accompagner les parents dans leurs questionnements, dans leurs voies distinctes, et ainsi respecter leurs choix au lieu de les chasser comme des infidèles ?

Au Québec, je le rappelle, nous sommes libres de faire vacciner nos enfants ou non.

Alors pourquoi  une telle pression sur les parents qui  agissent différemment de la volonté médicale, et pourquoi sont-ils taxés d’irresponsables ?
Certains parents, pour retrouver leur droit de choisir et taire toute pression à leur égard, ont demandé aux professionnels de la santé qui insistaient pour vacciner leur enfant, de signer un Formulaire de responsabilité du vaccinateur en cas de développement d’effets secondaires. Comme aucun professionnel ne veut prendre sous sa charge cette responsabilité, la pression a diminué, pour ne pas dire disparu.

Actuellement, nous  vivons tous une pression sociale qui repose sur le marketing de la peur, on nous fait trembler avec la maladie mortelle comme si elle nous pendait au bout du nez.   On nous effraie avec des déclarations d’épidémies  – d’histoires d’enfants non vaccinés décédés  – et cela, sans oublier de déclarer avec certitude,  qu’un enfant non vacciné est un danger pour la société.

Pourtant, en même temps, certaines des maladies graves de l’enfance tel l’autisme, se développent entre un an et deux ans et demi ( à peu près) selon le milieu médical, et cela n’aurait rien à voir avec la multitude de vaccins que l’enfant reçoit durant la même période.  Pourquoi ne pas en être certain et cesser toute vaccination durant la période sensible, vulnérable du développement d’un enfant ? Le fait d’inoculer un vaccin un peu plus tard dans la vie de l’enfant pourrait-il être vraiment dangereux ?

Repenser la vaccination une issue sociale normale.

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous soucier de notre environnement, des produits toxiques utilisés dans la fabrication des aliments et dans les produits de notre vie quotidienne.  Nous sommes de plus en plus nombreux à comprendre que la santé commence par repenser ce qui entre dans notre corps, ce qu’il y a dans notre assiette, ce que nous consommons au quotidien.

Conséquemment, il est tout à fait normal que ce que ceux-là mêmes qui se posent des questions, qui réajustent leurs habitudes de vie, le fassent tout autant pour la vaccination.

Ceux qui s’informent ne le font pas qu’à moitié.  Ils savent que les vaccins sont composés de différentes substances chimiques,  que l’effet escompté d’un vaccin dépend du système immunitaire de la personne vaccinée, que chacun de nous n’avons pas le même organisme ni les mêmes capacités ou failles, que nous n’avons pas le même terrain.

Par exemple, un enfant malade ou affaibli à la naissance a un terrain différent.  Alors ils posent des questions :  Cet enfant différent,  devrait-il recevoir un vaccin au même moment que l’enfant en pleine santé ?  Ne devrait-il pas être administré plus tardivement ?  De même, si un enfant fait ses dents, de la fièvre, vit quelque chose de difficile à la maison, ne vaut-il pas la peine de  repenser la vaccination pour cet enfant là,  attendre qu’il retrouve son énergie et toutes ses forces ?

Comme la vaccination des enfants est recommandée selon un calendrier universel, on ne regarde pas la vaccination autrement.  On ne propose pas des injections qui correspondent au rythme biologique de l’enfant. On nous vaccine comme on le fait pour un troupeau de mouton, les uns après les autres.  Vous êtes allergiques aux oeufs, on vous donne tout de même le vaccin de la grippe par exemple.

Alors, la question n’est pas de savoir s’il est opportun ou non de vacciner mais de savoir comment on peut changer le cours des choses et respecter le développement et la santé de chaque personne et d’accompagner ceux qui voient la santé et la vaccination autrement.

Tableau démontrant que l’arrivée des vaccins dans l’histoire,  s’est souvent réalisée dans la période décroissante des maladies.  http://www.scribd.com/doc/20442015/Vaccine-Evolution-Graphics-The-truth-about-diseases-disparition

Lina B Moreco: vaccinedoc@hotmail.com


Conférence sur la vaccination 14 octobre 2011

octobre 17, 2011

Conférence sur les vaccins le 14 octobre prochain à l’ULB sur le thème « Vacciner à tour de bras ? ». Tous les détails sur les intervenants et le lieu exact ici : http://www.objecteursdecroissance.be/IMG/pdf/affiche_vaccin-14oct2011.pdf

Chers sympathisants,
Nous consacrons cette newsletter spéciale à la vaccination scolaire imminente, prétendument « contre le cancer du col de l’utérus ». Cette vaccination concerne pas moins de 26 000 jeunes filles, pour la plupart en deuxième année de secondaire.

La plupart des parents et des jeunes filles concernés ont déjà dû recevoir un « formulaire de consentement » accompagné du dépliant à l’eau de rose de la cellule Provac qui ne permet évidemment pas de se faire une juste idée du rapport bénéfices/risques de ces vaccins.

Voici donc, en substance, le genre de document qu’ont reçu les jeunes filles et leurs parents :

http://ddata.over-blog.com/3/27/09/71/Formulaire-d-autorisation-parentale.pdf
http://ddata.over-blog.com/3/27/09/71/Provac–3.pdf

Comme pour le H1N1, nous constatons que l’information est biaisée, partiale et orientée et qu’elle ne permet donc pas la réalisation d’un consentement libre et éclairé.

Cette situation explique donc nos différentes démarches entamées depuis le mois d’août dernier (courrier de questions aux Ministres Laanan & Simonet de la Communauté Française, courrier à toutes les directions d’écoles secondaires ainsi qu’aux Associations de Parents de l’enseignement libre et officiel, UFAPEC et FAPEO, nos propos dans la presse etc).

Pour prendre connaissance de ces différentes démarches, du contenu de ces différents courriers et visionner différentes vidéos importantes (sur le Cervarix, le vaccin choisi pour la vaccination scolaire notamment), il vous suffit de visiter les liens suivants :

http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccination-scolaire-contre-le-cancer-du-col-de-l-uterus-initiative-citoyenne-interpelle-les-minist-81310454.html

http://www.initiativecitoyenne.be/article-reponse-de-mme-laanan-sur-la-vaccination-anti-hpv-scolaire-vous-avez-dit-reponse-82900671.html

http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccination-scolaire-contre-le-cancer-du-col-ic-ecrit-a-toutes-les-directions-d-ecoles-et-aux-ass-82529651.html

http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccination-contre-le-cancer-du-col-de-l-uterus-quelques-informations-82854589.html

http://www.initiativecitoyenne.be/article-les-autorites-gaspillent-l-argent-public-en-vaccins-au-detriment-du-frottis-plus-sur-et-plus-effic-82983921.html

http://www.initiativecitoyenne.be/article-gardasil-cervarix-une-information-contradictoire-est-possible-81293387.html

Et bien sûr, nos communiqués de presse du 14 septembre dernier sur le rôle de Provac, qui désinforme les jeunes et leurs parents et, d’autre part, sur les dessous de cette vaccination :
http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/Communique-d-IC-du-14-sept-2011-sur-le-role-de-Provac.pdf

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/Communique-d-IC-du-14-sept-sur-les-dessous-de-la-vac.-scol.pdf

En conclusion, nous voyons que le gaspillage de l’argent public se poursuit mais surtout qu’il se poursuit au détriment de la santé des jeunes filles. Cette situation prenant bien entendu naissance, comme d’habitude, sur un terreau de conflits d’intérêts tristement fertiles…

– 4/5 des membres du CSS qui ont fait les recommandations pour cette vaccination ayant des conflits d’intérêts évidents avec les industriels concernés (Le Vif du 14/11/08 ; voir ici cet article :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/Le-Vif–14-nov-2008.pdf )

– Léo Neels, porte-parole de Pharma.be vient quant à lui d’être nommé au « très indépendant » Centre d’Expertise Fédéral des Soins de Santé (KCE) :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/Communique-d-IC-sur-la-nomination-de-Leo-Neels.pdf

Tout ceci se déroulant hélas dans un fatalisme affligeant et une inertie qui ne profitent bien entendu pas du tout à la santé publique. En témoignent les propos surréalistes du Pr Jean Nève, Président du Conseil Supérieur de la Santé, qui confond ostensiblement la déclaration de conflits d’intérêts avec l’influence que ceux-ci exercent sur le jugement des experts, même lorsque ceux-ci ont été déclarés :

http://www.initiativecitoyenne.be/article-conflits-d-interets-des-experts-le-poids-de-la-mauvaise-volonte-84445830.html

Ces conflits d’intérêts impliquent et expliquent bien entendu les contrastes saisissants que nous pouvons constater au quotidien à savoir un continuel discours à l’eau de rose sur la sécurité et l’efficacité des vaccins d’une part et de véritables calvaires post-vaccins d’autre part tel le cas relayé en juillet dernier dans le journal français Libération :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/Lettre-au-Figaro.pdf

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/CALVAIRE-POST-VACCIN–Libe-du-27-juillet-2011-.pdf

http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/vaccins-des-contrastes-saisissants-101241

http://www.initiativecitoyenne.be/article-a-ces-medecins-qui-s-indigneraient-des-courriers-d-initiative-citoyenne-83452440.html

http://www.initiativecitoyenne.be/article-vax-info-faut-il-en-rire-ou-en-pleurer-84280540.html

Ce texte a été copié via internet auprès de l’organisme organisant la conférence sur la vaccination du 14 octobre.


Autisme vers une guérison possible.

mai 18, 2010

Dans le documentaire, SILENCE, ON VACCINE,   je parle du lien  entre l’autisme et la vaccination ainsi que des approches développées par les parents et quelques médecins, pour faire émerger les enfants de l’autisme et de certains troubles du comportement. Un sujet de grande importance puisqu’un enfant sur cent serait atteint d’autisme aujourd’hui. 

Mis à part tout ce qui est déjà en  références au sein de ce site web, voici un livre  fraîchement publié, soit mai 2010, écrit par Marika Fontaine qui aborde le thème de la guérison de l’autisme.  Je le recommande à tous.

RÉSUMÉ DU LIVRE :  Autisme vers une guérison possible.

La problématique de l’autisme est de plus en plus présente dans notre société. Tous s’entendent pour dire que les interventions précoces sont cruciales dans le traitement des enfants touchés par un trouble envahissant du développement. Par contre, peu de solutions sont proposées aux parents.

Dans L’autisme, vers une guérison possible, l’auteure décrit une approche intégrée qui permet de travailler sur les symptômes tout en éliminant les causes.

Les parents y trouveront donc les outils nécessaires pour entreprendre des actions concrètes dans le but d’agir rapidement.

Ce guide suggère différents traitements du point de vue de la biologie, de la communication, des interactions sociales ou du comportement. Il offre aussi d’autres pistes d’intervention pour les parents et les gens touchés par l’autisme. Enfin, il s’avérera également utile pour les professionnels oeuvrant auprès des enfants atteints.

Le livre est  en vente chez Renaud-Bray, Québec, Canada.

Site web de l’auteure : Marika Fontaine

Autres références sur le même sujet :

Livre : L’autisme n’est pas irréversible, Québec, Canada.

Dr Andrew Wakefield, Thoughtful house, Texas, États-Unis

Dr Dan Rossignol, ICDRC, Floride, Etats-Unis

Dr Julie Buckley, Healing every autistic life, Floride, États-Unis

Organisme Le FIL D’ARIANE, France

Organisme Defeat Autism Now, États-Unis

Organisme Generation Rescue, États-Unis.

Un reportage sur la chaîne CBC

Ainsi que mon site dans la section : SOINS  ainsi que toutes les références dans la colonne de droite de ce site. 

Lina B. Moreco


Le film

mai 12, 2010

Par Lina B. Moreco :  vaccinedoc@hotmail.com

Silence, on vaccine n’est pas mon premier sujet délicat, mes autres films touchaient aussi à quelque chose de particulier : le droit de vivre la fin de sa vie tout comme le début de sa vie sans acharnement thérapeutique.  Le droit de prendre le contrôle sur son corps, de ne pas se soumettre à des protocoles de santé qui ne nous conviennent pas.

Avec Silence, on vaccine, j’ai eu l’impression de me retrouver au Moyen Âge entrain de questionner l’existence de Dieu.   Combien de fois on m’a dit : « Tu devrais pas parler des vaccins, ils ont sauvé des vies. » ou bien  « On ne doit pas remettre en question l’efficacité des vaccins, c’est dangereux…»  

Quelles sont les conséquences de ce silence ?

Ne pas avoir le droit de parler d’un sujet peu importe la société où l’on vit empêche toute personne de s’exprimer librement.  La discussion n’a pas d’espace.  C’est ce qui explique le peu de médecins du Québec, pédiatres ou autres, de médecine traditionnelle dans mon film.  Pour ceux avec qui j’ai eu des discussions, ceux qui  acceptent de ne pas vacciner selon le calendrier proposé, ceux qui discutent avec les parents sans user de leur autorité professionnelle – eux,  ils ne pouvaient pas raconter ouvertement leur point de vue devant la caméra.  Prisonniers du tabou.

Le silence réduit au silence et à l’ignorance.

Alors quand on me dit que peu de personnes sont atteintes de  maladies à la suite de vaccins, je pose la question suivante : comment peut-on connaître la non-existence de quelque chose si on n’a pas le droit d’en parler librement ?

Les réponses sont : plusieurs études scientifiques démontrent qu’il n’y a pas de liens de causalité entre la vaccination et l’apparition de maladies. Bon, il faudrait aussi rajouter : que toutes les études sont faites sur des personnes vaccinées.  Il n’existe aucun groupe contrôle, tel qu’on en voit dans un laboratoire – que ces études sont financées par l’industrie pharmaceutique,  que lorsqu’un médecin tel que le Docteur Chérin au sein de mon film, ose écrire sur le sujet, il voit sa crédibilité de spécialiste mise en doute.  

Dire qu’il n’y a pas de lien revient au même que de dire : dans le cadre d’une étude opposant un groupe de personnes fumant deux paquets de cigarettes par jour  et un autre fumant un seul paquet par jour, on retrouve le même type de maladies du poumon, conséquemment, il n’y a pas de lien entre la cigarette et le cancer du poumon.  Une hypothèse comme celle-ci était crédible durant les années 1970.  

On peut en débattre, je le sais, mais il est évident que de ne pas poser de questions, ou bien, de ne pas vouloir savoir, laisse la porte grande ouverte à un autre malaise  qui est bien évoqué par le Congressman Dan Burton au sein du documentaire : « sommes-nous en train de laisser une trop grande place à l’industrie pharmaceutique dans le processus de décisions qui affecte notre  vie ? »

J’aimerais rajouter ceci : sommes-nous en train de laisser le sort de notre immunité naturelle aux mains d’une industrie qui voit dans la production et l’invention des vaccins un simple moyen de faire du profit ?  Les enfants qui naissent aujourd’hui pourront-ils survivre ou vivre sans se soumettre à un calendrier vaccinal de plus en plus imposant ?  Pourront-ils vivre sans vaccins?

Lina B. Moreco
www.onf.ca/silenceonvaccine


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.